logo arcepL’ARCEP ( Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ) a publié jeudi dernier son rapport trimestriel concernant le marché de la téléphonie mobile français. Sur ce rapport, on peut lire :

Le nombre de clients des services mobiles atteint 72,0 millions au 30 septembre 2012, ce qui correspond à un taux de pénétration de 110,3% de la population au niveau national (métropole et outre-mer). Le parc total augmente de 7,4% en un an, soit le plus fort taux de croissance annuelle enregistré depuis dix ans.

Le parc mobile, traduit ici par le « parc total », représente en quelque sorte le nombre de client du marché de la téléphonie mobile. On pouvait observer lors du 2ème trimestre une augmentation d’abonnés pour les forfaits « low-cost », cette tendance se confirme et est même la cause de l’explosion du marché de la téléphonie mobile. Les offres concernées sont bien sûr Free Mobile, Sosh, série « Red » de SFR, B&You et pour finir, le tout nouveau Joe Mobile.

Ces offres ont séduit plus de 2 millions de nouveaux clients entre juillet et septembre et représentent désormais 30% du parc d’abonnés mobile, soient 15,4 millions de clients. Ces clients sont représentés par la courbe bleu sur le graphique ci-dessous.

Si Free Mobile reste leader du marché en ayant atteint son objectif de 3,6 millions d’abonnés, la concurrence progresse avec Sosh qui passe de 367 000 abonnés en juin à 540 000 en septembre, ce qui représente une belle évolution de 48%. Les MVNO, ex-leader des offres low-cost, voient leur part augmenter de 14,5% sur un an, soit 7,8 millions d’abonnés, pour une part de marché de 11,3 %.

Les offres prépayées représentent maintenant un peu plus du quart du parc mobile, leur nombre d’abonnés subit un lent déclin puisqu’il enregistre une baisse de 2,2% par rapport à l’année dernière, soit un nombre total de client estimé à 18,5 millions. Cette baisse s’explique par l’arrivée et le boom des forfaits low-cost, bien plus intéressants que ces offres, même si elles ont su évoluer dans le bon sens pendant 1 an ; visiblement pas assez.

L’ARCEP relève par ailleurs une forte augmentation de la consommation, que ce soit en minutes d’appels (+11%, ce qui représente le plus fort taux depuis 5 années),  volume de SMS (+28,8%) et, le plus gros chiffre, en volume de données consommé qui augmente de 69% en un an. Cette dernière augmentation s’explique bien sur par la sortie des forfaits low-cost mais aussi, par le succès toujours croissant des smartphones.

Source : ARCEP, Clubic