Vous savez sûrement que se joue une des étapes les plus importantes de la bataille judiciaire entre Samsung et Apple. En Californie, le procès entre les deux géants de l’informatique vient de débuter après une sélection houleuse mais stricte d’un jury composé d’une population très diverse. De nombreuses personnes liées directement ou indirectement à Apple et Samsung ont logiquement été écartées tout comme les aficionados : par exemple, une membre du jury avait annoncé sur les réseaux sociaux souhaiter acquérir un iPad car les produits d’Apple « sont cools ». Comme vous vous en doutez sûrement, ce procès va se jouer sur les détails et sur la longueur.

La défense d’Apple

Pour rappel, Apple a déposé la plainte initiale l’an dernier, accusant Samsung de porter atteinte à ses brevets en « copiant servilement » son iPhone et son iPad avec les smartphones Samsung Galaxy et les tablettes Galaxy Tab. Apple a donc demandé 2,5 milliards de dollars en dommages-intérêts et une injonction pour stopper la vente des produits qui portent atteinte à ses brevets. Samsung a contre-attaqué affirmant qu’Apple empiète sur ses brevets liés à la façon dont les communications mobiles fonctionnent de façon générale.

Le juge aurait même mis les deux partis sur un même piédestral : Samsung et Apple seront tous les deux des défendeurs (ou partie défenderesse) et auront le droit au même temps de parole.

La seule image que nous avons du procès !

Si vous avez suivi cette longue série de batailles juridiques entre le californien et le coréen, un procès similaire à celui en cours à eu lien en Australie où un juge a conclu que ce différant était « ridicule ». Au Royaume-Uni, un juge a également demandé à Apple de réaliser une campagne de communication sur Apple.com dans lequel Apple doit annoncer que Samsung n’a pas copié l’un de ses dessins (Apple a depuis fait appel donc on ne sait pas encore si l’entreprise devra mettre en place cette opération). Ce qui est sûr, c’est qu’Apple doit être plutôt confiant, le procès se déroulant dans l’Etat où Apple a son siège et emploie près de 35 000 personnes.

Je trouve cela difficile à croire que le jury décide qu’un appareil rectangulaire avec des coins arrondis et des icônes carrés sur un écran tactile est si originale et emblématique que tous les appareils avec des fonctions similaires soient inspirés de lui.

En tout cas, le procès a commencé fort. L’avocat de Samsung, Charles Verhoeven, a assuré que son client n’était ni un «copieur» ni un «petit nouveau», « c’est une firme majeure qui développe ses propres innovations ». Pour convaincre le jury, il a donc dégainé des documents internes d’Apple prouvant que ses créatifs se sont eux aussi inspirés de leurs concurrents, notamment Sony. Des documents rejetés par le juge… L’iPhone a été «une inspiration» a déclaré Me Verhoeven : «Est-ce une infraction ? Non, c’est de la concurrence».

Ensuite, Samsung a sorti son Samsung F700 qui aurait été fabriqué avant l’iPhone.

OH, c’est rectangle ! Si si avec des coins arrondis et un écran tactile !

Bref, nous n’allons pas vous ennuyer plus longtemps avec cette bataille juridique mais comme à notre habitude nous relayons l’essentiel et seulement l’essentiel pour que nous puissions comprendre ce qui se passe sans se perdre dans trop de détails.