Lors du Mobile World Congress de Barcelone, la société Distimo a présenté un étude sur l’état de l’Android Market mais également sur les plus grands applications stores aujourd’hui disponible. Cette étude est aujourd’hui publiée publiquement sur Internet.

Si on compare l’AppStore d’Apple et l’Android Market, on compte plus de 150000 applications sur la plateforme d’apple contre un peu plus de 20000 pour Google et Android Market. Chaque mois plus de 3000 applications sont ajoutées à l’Android Market, plaçant cette application store second devant Blackberry et Ovi, mais toujours loin derrière l’AppStore qui compte pas moins de 13000 nouvelles applications mensuelles.

Sur l’Android Market 57% des applications sont gratuites, ce qui peut s’expliquer par le coté gratuit et open source de la plateforme ayant attiré dans un premier temps principalement des développeurs du monde open source, n’ayant pas pour habitude de vendre leurs applications. Android est alors le premier application store, contenant le plus d’applications gratuites (proportionnellement aux applications payantes). Certaines sociétés se sont plaints du manque à gagner lié à Android Market. Alors que leurs applications sont bien vendues sur l’AppStore d’Apple, les ventes sont plutôt timides sur l’Android Market. Faut-il rappeler qu’Android Market propose les applications payantes uniquement dans 11 pays contre 77 pour l’AppStore ?

Concernant le prix moyen des applications, Blackberry est la plateforme la plus chère, devant Windows…et très loin devant l’AppStore, Android Market, Ovi de Nokia et Appshop d’orange. En moyenne le prix d’une application Android est de 3,27$ (AppStore : 3,62$, Ovi 3,47$, 6,49$ pour Windows et plus de 8$ pour Blackberry). Cependant les utilisateurs sont prêts à mettre le prix si l’application est réellement bien réalisée et dispose d’un intérêt certain.

Le mode de paiement avait été jugé trop complexe par de nombreux utilisateurs, non habitué au paiement en ligne, aux achats sur Internet…Google a revisité ce mode de paiement, aux Etats Unis, pour simplifier l’utilisation de l’Android Market (avec une facturation par l’opérateur T-Mobile aux Etats Unis, à quand ce service pour les autres opérateurs ?). Concernant le cas du hacking d’application, cela est un faux argument puisque aujourd’hui quelle plateforme peut afficher un système infaillible empêchant le hacking des applications ?

Visualiser la présentation