Google a provoqué un début de raz-de-marée dans le monde de la mobilité avec une plate-forme, rappelons-le, libre et gratuite. Les principaux visés ? Microsoft avec Windows Mobile, Palm OS, Symbian, mais aussi l’iPhone d’Apple.

 

Windows Mobile

Microsoft n’a pas froid aux yeux, « Pour l’instant, ils ont publié un communiqué de presse alors que nous avons plusieurs millions de clients, un bon logiciel, un large parc de machines compatibles. Faire la comparaison est donc impossible », enfin c’est que le patron de Microsoft, Steve Ballmer, a lancé quelques heures après l’annonce de Google. Pour terminer, il n’a pas hésité à leur lancer directement un message personnel : Ils sont les bienvenus dans notre monde !

 

Yahoo

Quant à Yahoo, ils se sentent suffisament installé dans le secteur de la mobilité pour ne pas craindre l’assault de Google. Yahoo se base en autre, sur la tonne de partenariats avec les acteurs du marché : Vodafone, Telefonica, HTC, Nokia, Motorola, Samsung, RIM (Blackberry) et LG. Yahoo pourrait même profiter de la situation, « si Android est réellement open source, alors nous pourrons y proposer nos services », a indiqué le très futé Marc Boerries. Yahoo a tout de même du soucis à se faire sur le marché de la publicité pour mobile, un marché que Google veut dominer rapidement. Et quand on voit ce que ça donne sur Internet…

 

Symbian OS

 

Du côté de Symbian, ça dénigre fortement. Symbian s’occupe principalement de Symbian OS, un système d’exploitation qui assure le bon fonctionnement d’environ 165 millions de Smartphone et PDA. Pour John Forsyth, Android n’est qu’un nième système basé sur Linux pour mobile, de plus il lui paraît difficile d’être efficace sans être spécialiste sur le marché du mobile. Cependant, Nokia travaillant avec Symbian, s’est dit intéressé par Android. Signe d’une faiblesse de la part de Symbian ?

 

iPhone Apple

 

Pourtant Symbian et Windows Mobile, ont d’autres soucis à se faire. En autre, avec l’iPhone. Et la contre-attaque ne se fait pas attendre, en décidant de se mettre au diapason d’Apple en privilégiant « l’expérience utilisateur » procurée par l’écran tactile. Android ne se le cache pas, par exemple avec le WebKit d’Apple, déjà utilisé par Apple dans l’iPhone ou Nokia dans certains téléphones. Ou avec un dock d’application étrangement familier aux utilisateurs de Mac, le contrôle par écran tactile en glissant ou tapotant le doigt, un mode de navigation dans les documents ou l’historique similaire à CoverFlow ou encore un système de notification avec des bulles qui rappelle l’iPhone.

L’ergonomie de l’iPhone  ? L’ouverture d’Android ? La convergence de Symbian et Windows Mobile ? Il n’y a pas de doute, le marché de la mobilité va avoir le droit à son lot d’évolutions et de (peut-être) révolutions.