Selon les informations de plusieurs analystes, les ventes du Xperia Z atteindraient déjà 4.6 millions d’exemplaires dans le monde en 40 jours. Rappelons que la France a été l’un des premiers pays à avoir le téléphone, quasiment simultanément avec le Japon à la fin février et qu’il a quasiment aussitôt été en disponibilité difficile.

ventes du Xperia Z

On est certes en dessous des chiffres de ventes du Galaxy S3 à sa sortie (10 millions vendus en deux mois), mais aucun autre constructeur ne peut vraiment se comparer à Samsung en terme de capacité à vendre rapidement des millions de téléphones si ce n’est Apple et son iPhone. Quoi qu’il arrive, ce chiffre est tout de même conséquent et témoigne du fait que Sony a fait le bon choix en annonçant son flagship dès le CES début janvier pour le rendre disponible au plus vite. Il a ainsi pu profiter d’une visibilité sans pareil en attendant que les autres constructeurs sortent leurs produits.

Le Xperia Z a d’ailleurs encore une place particulière aujourd’hui : le HTC One se fait encore attendre et il ne sera disponible massivement que le mois prochain tout comme le Galaxy S4 qui est annoncé pour la fin avril mais qui devrait être difficile à trouver les premiers jours. Après la sortie de ces deux téléphones, les ventes devraient certes baisser mais on peut penser qu’elles ne vont pas non plus dégringoler, le téléphone de Sony étant tout à fait la hauteur de la concurrence. Il devrait aussi bénéficier de ristournes plus importantes incitant les consommateurs à se tourner vers lui plutôt que vers la concurrence.

Ces informations ne sont pas officielles puisqu’elles émanent d’analystes mais connaissant la capacité de Sony à garder le secret intact (capacité quasiment nulle), on peut estimer que ces chiffres sont très proches de la réalité. Elles sont en tout cas un très bon signe pour Sony en tant qu’entreprise qui sort de quelques années difficiles et qui espère se redresser notamment avec sa division mobile. D’ailleurs, le constructeur a de grandes ambitions en voulant devenir le 3e acteur mobile en France et en Europe. Le japonais n’est d’ailleurs pas le seul à avoir cette envie puisque LG et Huawei ont aussi le même objectif.

Source : PhoneArena