Lorsque Intel avait annoncé l’Atom, la guerre entre les processeurs ARM et x86 s’est relancée.

Ce processeur s’annonçait dans les terminaux mobiles de poches comme les smartphones et les PDA mais les intégrateurs en ont un peu décidé autrement. En particulier, Asus a ouvert le marché des netbooks (sans même attendre la sortie de ce processeur, ce qui s’est révélé très payant) et plutôt que de voir les processeurs x86 empiéter sur les marchés traditionnellement acquis aux ARM (set-top-box, téléphones, …), c’est le contraire qui s’est passé. Une nouvelle gamme d’ordinateur s’est créée, les smartbooks, les tablettes sont passées à l’ARM et les smartphones se sont démocratisés en restant sous ARM.

Intel ne renonce pas et pour étendre les usages de son processeur faible consommation, le fondeur américain a porté Android sur les processeurs Atom et le propose aux entreprises clientes.

Android étant d’une part logiciel libre et d’autre part basé sur le noyau Linux (multi-plateforme), ce n’est pas la première fois qu’un tel portage est effectué. A dire vrai, Acer a lui aussi porté Android sur Atom pour ses netbooks.