Je sais, je sais, je sais… vous allez me dire « QUOI deux mois de retard »… mais tant pis, le voila quand même !

Lors du Mobile Word Congress de Barcelone, avec Arnaud, nous avons pu interviewer Pierre Gominet, directeur marketing Motorola France. Il a répondu à nos questions et vous allez pouvoir en savoir plus sur ce constructeur et son lien avec Android.

Au programme, quelques mots sur la vie de Motorola grâce à Android, des sous entendus sur le Nexus Two, des explications sur les choix d’innovation ou de Marketing et quelques informations sur le Milestone, le Dext et le Backflip.

FrAndroid : Bonjour, pouvez-vous présenter Motorola ?

Pierre Gominet : Motorola, 80 ans d’existance, est l’inventeur de l’auto-radio, du talkie walkie, du tube cathodique, des communications satellites et du téléphone mobile. C’est une entreprise d’innovation qui tente de faire évoluer les usages, la façon de consommer… Et en même temps, une entreprise qui ne sortait pas assez du hardware. Hors ces dernières années, on parle d’expérience utilisateur, d’un combiné software/hardware. Malheureusement, cette innovation est allée plus vite que Motorola qui a raté le virage du smartphone, 3G, tout tactile, il y a 2/3 ans. Il a fallu nous remettre en question. Le nouveau PDG de Motorola, en aout 2008, a décidé que la firme devait préparer 2 mobiles Android pour l’année suivante. Il a pensé qu’Android était une excellente opportunité, ouverte, personnalisable, évolutive et permettrait de profiter de l’innovation software Google en la combinant à l’innovation hardware de Motorola. Tout le monde sera gagnant, que ce soit Motorola ou les utilisateurs, dont l’expérience devient le centre de l’innovation.

FrAndroid : Certains analyste pensent qu’Android a sauvé Motorola, est ce proche de la réalité ?

Pierre Gominet : A l’époque on travaillait sur plusieurs plateformes hardwares et softwares, jusqu’à 34 combinaisons différentes. Il a fallut faire un effort de rationalisation. Donc Android ne nous a pas sauvé mais a été un choix stratégique. Quand il a fallut définir vers quelle plateforme nous tourner, c’est celle que nous avons choisi. L’échange a d’ailleurs été à double sens. Le Droid [ndlr : le Milestone en France], aux Etats-Unis, a été le smartphone Android le plus vendu à sa sortie, et a pu servir de vitrine à la plateforme et la démocratiser.

FrAndroid : Les anciennes gammes de téléphones, vous les gardez toujours ?

Pierre Gominet : On a un vrai focus sur Android. Mais on reste partenaire avec d’autre OS pour la partie entreprise de Motorola, pas sur le secteur des smartphones. Par exemple, quand La Poste ou vente privée vous amène un colis, c’est sur un terminal Motorola que vous signez, et c’est du Windows Mobile. Il y a un vrai partenariat Windows Mobile pour ce secteur.

FrAndoid : Justement, comptez-vous passer ce genre de produits sous Android ?

Pierre Gominet : C’est une excellente question car nous avons eu quelques idées dernièrement avec l’expérience Droid. C’est léger et manipulable, et on peut s’en servir pour scanner… Mais pour l’instant, ce n’est qu’une idée.

FrAndroid : Motorola s’est séparé en 2 il y a quelques temps, comment cela va se voir pour les utilisateurs ?

Pierre Gominet : La séparation est en cours, l’échéance est pour 2011. La partie mobile est ajoutée à la partie home (décodeurs, tv et vidéo) pour centraliser le B2C [ndlr : Business to Consumer]. Et la partie réseau, B2B [ndlr : Business to Business], sera séparée. Cela va permettre de séparer les processus pour que chaque branche puisse se concentrer sur son métier. Les cycles de vente ne sont pas les mêmes non plus. Le côté consumer est à des échéances très courtes, alors qu’une installation réseau peut être sur un appel d’offre sur 3 ans. Cela permet à chaque entité d’avoir sa façon de penser, adéquate à son marché.

FrAndroid : Actuellement le Milestone est très proche d’un Android pur alors que le Dext est très personnalisé avec Motoblur. Quel est l’avenir pour ces deux approches ?

Pierre Gominet : L’intérêt du With Google est de pouvoir fournir l’expérience Android la plus à jour. Ce fut le cas de la sortir du Droid qui a été le premier en version 2. Mais Motoblur permet de faire profiter à nos utilisateurs de nos propres services. Il y a par exemple une infrastructure serveur pour se connecter aux réseaux sociaux transparente pour l’utilisateur. Après, nous travaillons avec Google sur un téléphone sans Motoblur, vendu par un canal direct avec l’utilisateur.

FrAndroid : Donc une gamme de mobile Motoblur large et quelques produits With Google, très liés à la marque ?

Pierre Gominet : Pour Motoblur, nous allons proposer plusieurs produits : BackFlip, Quench ou le Dext qui existe déjà. La plateforme Motoblur va être portée sur le 2.x dès que possible pour améliorer l’expérience utilisateur. Nous pensons que le meilleur pour l’utilisateur est l’expérience Motoblur. Mais les produits sans cette plateforme nous permettent de profiter tout en contribuant à l’avancée d’Android.

Frandroid : Est-ce que Motoblur consomme moins que sur les première versions ?

Pierre Gominet : Si vous parlez des problèmes initiaux sur le Dext, nous avons effectivement travaillé dessus et diffusé des mises à jour pour cela. Vous pouvez par exemple choisir un mode correspondant à votre usage par une nouvelle option dans le menu. On reconnait que la première version méritait des améliorations et nous les mettons à disposition dès que nous les produisons.

FrAndroid : Motoblur est prévu pour des plus grands écrans ?

Pierre Gominet : De toutes les manières, nous allons développer des produits dans toutes les gammes : petits ou grands. Mais pas de produits prévus pour l’instant alors que la version basée sur 2.x de Motoblur sera capable de gérer de plus grands écrans.

FrAndroid : Pourquoi les noms des produits sont localisés en fonction des pays ?

Pierre Gominet : Le pouvoir, ce sont les opérateurs qui l’ont. Quand un opérateur veut qu’un téléphone ait tel nom, ce sont eux qui choisissent. Aux Etats-Unis, c’est Verizon qui possède le nom Droid qui est indépendant de la marque du téléphone. Le nom choisi par Motorola est Milestone. Mais aux Etats-Unis, c’est Verizon qui a choisi le nom commercial. En Europe, nous n’avons pas reçu de pression et nous avons pu commercialiser le téléphone sous le nom que nous avions choisi. Parfois, c’est dur pour nous que le dernier mot vienne de l’opérateur qui est notre client. Donc le choix n’est pas inexpliqué.

FrAndroid : Pourquoi la communication aux Etats-Unis n’a pas le même budget qu’en France ? Là bas, c’est à coup de centaines de million et de Megan Fox dans son bain pendant le SuperBawl, alors qu’en France c’est une discrète publicité où on croit reconnaitre la voix Gad Elmaleh…

Pierre Gominet : On est la marque qui essaie le plus de démocratiser Android. On essaie de sortir des produits et de maximiser l’expérience utilisateur. Mais ce ne sont pas les mêmes volumes et la puissance de Motorola n’est pas la même. En France, faire parler d’un produit par la curiosité marche bien. Faire appel à Gad Elmaleh [ndlr : il nous a dit en off avoir une photo avec lui… la chance !] sans le citer explicitement dans la publicité, donne envie d’aller sur Internet vérifier l’information. Et pour nous cela a marché, car le trafic généré a été significatif.

FrAndroid : Le form-factor du Backflip est très original. En termes d’innovation technique, a quoi peut-on s’attendre de Motorola ?

Pierre Gominet : Certes Android est une belle innovation software, mais elle ne suffit pas, et nous savons justement innover sur le hardware. Par exemple, nous avons apporté ce mode [ndlr : il pose le BackFlip en mode réveil] pour regarder une vidéo dans le train, avoir un réveil ou utiliser le mobile en cadre photo numérique. Il y a le même mode pour le Milestone grâce à son dock. Nous avons ajouté un clavier rétro éclairé qui se déplie pour ne pas avoir le slider qui prend la moitié de la place, nous avons donc de plus grandes touches. Au début, c’est peut être perturbant au départ, mais avec l’utilisation, l’apport est vraiment important. C’est ce genre d’innovation que Motorola veut apporter.

FrAndroid : Oui, mais en parallèle le Quench n’apporte rien de particulier.

Pierre Gominet : Le Quench vient compléter la gamme proposée par Motorola. Nous voulons toucher un maximum d’utilisateurs. Nous ne pouvons pas proposer que des produits innovants, mais devons travailler sur les habitudes des consommateurs pour qu’Android se démocratise. C’est donc aussi important de proposer ce genre de produits pour Motorola.

FrAndroid : Comment a été vécue la sortie du Nexus One officiellement porté par Google ?

Pierre Gominet : Je ne peux pas commenter les produits concurrents. Mais tant que ca tire le marché vers le haut c’est bon pour tout le monde. Mais sachez que nous travaillons avec Google sur un produit en vente directe au consommateur. Mais il n’y a pas de nom de code, ni de date.

FrAndroid : Il y a un travail partenaire avec Orange pour certains produits. L’opérateur est décrié par les utilisateurs sur la personnalisation des produits Android. Comment cela se passe avec vous ?

Pierre Gominet : Les opérateurs sont nos distributeurs, nos partenaires et nos clients. Nous sommes là pour leur offrir des services. On les écoute, on essaie de répondre au maximum à leur demande mais surtout nous discutons. Orange a accepté Motoblur. En plus d’être à l’intérieur du téléphone, c’est une infrastructure réseau qui vient par-dessus le leur et qu’il faut prendre en compte, pour la facturation par exemple. Cela a demandé 9 mois de travail chez eux qui prouve qu’ils croient en nous.

FrAndroid : A part Orange, il y a d’autres partenariats ?

Pierre Gominet : Nous travaillons avec tout le monde. Si un acteur veut se démarquer par une exclusivité, nous en discutons.

FrAndroid : A quand les mises à jour du Dext et du Milestone ?

Pierre Gominet : Pour le Milestone dans les semaines à venir. [ndlr : avec le retard de publication de l’article, la mise à jour est déjà disponible. Mais Motorola travaille sur des corrections car elle possède des bugs si le téléphone n’est pas formaté]. Pour le Dext devrait être en 2.1 pour le 3ème trimestre. Nos mises à disposition dépendent aussi de Google car nos mises à jours passent par leurs processus qualité.

FrAndroid : Quelle est la durée de vie du support des mobiles ? Et l’ouverture est elle prévue pour permettre à la communauté de prendre le relai après échéance ?

Pierre Gominet : Pour Motoblur, c’est propriétaire et ça le restera. C’est notre différenciation. Au delà de la garantie, l’utilisateur fait ce qu’il veut, il roote s’il veut. Mais autant nous allons travailler autant que possible à la montée de version, autant nous ne prévoyons pas de diffuser en open source des éléments comme les drivers.

FrAndroid : Pour conclure, que doivent retenir nos lecteurs ?

Pierre Gominet : C’est un nouveau Motorola que nous voulons plus présent en Europe. Ce creux va nous permettre de réécrire une nouvelle histoire de Motorola avec Android. Donc il faut retenir que Motorola est un partenaire privilégié d’Android et que nous voulons apporter une excellente expérience aux utilisateurs. Nous voulons offrir des produits évolutifs et ouverts.