Free n’a pas encore son réseau qu’il fait déjà bouger les lignes des opérateurs téléphoniques ! En effet, Bouygues Télécom pourrait annoncer sous peu une offre illimité internet et téléphonie mobile pour un prix de 99€.

Cette annonce pourrait avoir lieu le 18 mai prochain lors d’une conférence de presse dont le contenu n’a pas été commenté par le service de presse de l’opérateur.

Toutefois, les rumeurs d’une offre tout illimité ADSL, TV, Téléphonie (fixe et mobile) pour un prix de 99€ sont de plus en plus présentes. Aucune indication néanmoins sur l’éventuelle présence de la data mobile dans cette offre.

Une telle offre prendrait la suite logique du forfait Ideo qui couplait déjà un forfait mobile (non illimité) et un abonnement internet.

Le but d’un tel forfait est évidemment de capter de nouveaux clients mais il s’agit d’un exercice très périlleux. En effet, la rentabilité d’un fournisseur d’accès Internet n’est pas du tout la même que celle d’un opérateur mobile. Grâce à la concurrence de Free, les fournisseurs d’accès Internet ont en effet une marge bien plus basse que les opérateurs mobiles.

Or ce genre d’offre fait beaucoup descendre la marge côté opérateur et relativement peu monter la marge côté FAI. Par conséquent, avec un forfait de ce type, si Bouygues Télécom capte un tout nouveau client (ni client ADSL, ni client mobile), il fait une bonne affaire et ce pour une durée de 2 ans.

En revanche, s’il s’agit d’une personne déjà cliente mobile, au contraire Bouygues Télécom perd en profitabilité puisque sur un même client sa marge descend. Nous éclipsons le cas d’une personne déjà cliente FAI car étant donné le faible nombre de client de la BBox, même s’il s’agit d’une conversion positive pour Bouygues Télécom, elle n’est qu’anecdotique.

Or, le premier forfait Ideo a essentiellement séduit les clients mobiles de Bouygues Télécom d’où l’importance pour Bouygues Télécom de frapper plus fort afin d’attirer de nouveaux clients et forcer ainsi les autres opérateurs à eux aussi baisser leurs prix ou adapter leurs offres.

Ce mouvement est capital pour Bouygues Télécom qui est bon dernier du secteur mobile en France. En effet, si nous comparons les chiffres d’affaires d’Orange, de SFR, de Bouygues Télécom et de Free, on constate un gros déséquilibre des forces :

  • Orange : 38,2 milliards d’euros
  • SFR : 11,5 milliards d’euros
  • Bouygues Télécom : 5,2 milliards d’euros
  • Free : 1,56 milliards d’euros

Alors qu’avec des méthodes comparables et un marché identique (téléphonie mobile grand public et accès internet grand public), Bouygues Télécom réalise un chiffre d’affaire plus de deux fois inférieur à SFR. Dans le même temps, Free qui ne couvre que le marché de l’ADSL (bien moins rentable que le marché du mobile, rappelons le au risque d’avoir l’air insistant) et qui est connu pour gérer ses activités en réalisant de très grosses économies (conception en interne des boitiers ADSL mais aussi des équipements réseau tels que les DSLAM) est déjà à mi-distance de Bouygues Télécom.

Pourtant, en ce qui concerne l’univers Android, Bouygues Télécom n’est pas le dernier comme le montre la liste des terminaux vendus directement par l’opérateur mais surtout les statistiques de FrAndroid.

En effet, en ce qui concerne les visites effectuées depuis un terminal mobile en France, les opérateurs/FAI sont par ordre :

  • Bouygues Télécom
  • suivi de près par SFR
  • puis ex æquo : Orange et Free (ce qui sous entend que parmi nos lecteurs, il y a autant de gens qui nous lisent via le wifi de Free que de clients Orange)

Quoiqu’il en soit, entre les opérations de déploiement de fibre optique et l’évolution des offres numériques, on est maintenant loin des premières apparitions du modem.