Facebook a annoncé mercredi le lancement d’un programme visant à amener une connexion Internet aux personnes privées de cette technologie. Le projet Internet.org, auquel participeront plusieurs grands groupes de l’industrie mobile, se donne pour objectif de fournir un accès au web à 5 milliards de personnes dans le monde. 

420996-le-patron-de-facebook-mark-zuckerberg-au-siege-de-sa-societe-a-palo-alto-le-6-juillet-2011

Donner un accès Internet à 5 milliards de personnes dans le monde. Voilà le nouveau cheval de bataille de Facebook incarné par le projet Internet.org, auquel participeront plusieurs grands noms de l’industrie high-tech. Les constructeurs Nokia et Samsung, ainsi que Mediatek, Opera et Qualcomm travailleront, avec le réseau social, pour la mise en place de cet ambitieux chantier.

 

Les partenaires de Internet.org uniront leurs forces pour développer des technologies permettant de réduire le coût de la fourniture de données aux personnes du monde entier et d’élargir l’accès à Internet à des communautés mal desservies.

 

Internet.org se définit ainsi en trois objectifs : « rendre l’accès [Internet] abordable« , « optimiser l’utilisation des données« , et développer son accès pour les entreprises. Le programme consistera à développer la bande passante qui permet la transmission des données dans les régions les plus pauvres mais aussi à concevoir « des outils et des logiciels afin d’améliorer les possibilités de compression des données et rendre le fonctionnement des services et des réseaux de données plus efficace. » Si le but est de démocratiser l’accès à Internet dans le monde, Internet.org sera également beaucoup centré sur l’accès Internet mobile, et donc au développement de l’utilisation de smartphones en fabricant des terminaux à moindre coût notamment, d’où l’utilité de travailler en collaboration avec des fabricants de téléphones et de processeurs.

 

Aujourd’hui, seules 2,7 milliards de personnes – à peine plus d’une tiers de la population mondiale – ont accès à Internet. L’adoption d’Internet croît de moins de 9 % par an, ce qui est lent en considérant que son développement n’en est qu’à ses débuts.

 

Dans son communiqué, le groupe dresse Internet et « l’économie de la connaissance » comme des enjeux phares de la réduction des inégalités mondiales et entend contribuer au développement de ces régions pauvres. Pour se faire, Facebook et les autres devront contourner les « immenses obstacles » existant dans ces pays pour accéder au web.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Mais l’initiative de ce projet, dont les conséquences seront positives pour certaines régions pauvres, n’est évidemment pas dénuée de calcul. Pour Facebook, augmenter l’accès à Internet, est une manière d’accroître le nombre de ses utilisateurs. Le réseau social, qui se heurte à la saturation des marchés développés, s’offre ainsi de nouvelles perspectives économiques dans des régions certes trop pauvres aujourd’hui pour intéresser les annonceurs, mais dont les revenus devraient augmenter dans les prochaines décennies. Pour la firme de Menlo Park, il s’agit donc d’une manière d’asseoir sa domination à l’échelle mondiale mais aussi d’améliorer son image de marque.

Avec Internet.org, Facebook adopte une stratégie similaire à celle de Google, l’autre colosse du web, actuellement en plein test des Google Loons, des ballons transmetteurs de fréquences, chargés eux-aussi d’étendre l’accès à internet dans le monde.

(crédits photo : Justin Sullivan/AFP)