Entendue au Sénat cette semaine dans le cadre d’une audition, Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée de l’innovation et de l’économie numérique, a donné quelques précisions sur la réallocation des bandes de fréquence 700 MHz aux opérateurs, déjà prévue depuis quelques mois.

1092591_3_c902_l-arret-programme-de-la-television-analogique

On le sait depuis mai, le gouvernement envisage de transférer les fréquences de 700 MHz, actuellement au main de la télévision hertzienne, aux opérateurs télécoms. Fleur Pellerin l’a confirmé aujourd’hui au Sénat, cette idée est toujours d’actualité et se précise progressivement. L’accès à cette bande de fréquence permettrait aux groupes de la téléphonie mobile de développer leur réseau 4G avec une capacité de propagation des ondes radio plus importante notamment dans les bâtiments et les zones peu habitées.

« Il reviendra au Premier ministre de fixer la date de libération de ces fréquences », a indiqué la ministre au Sénat même si la vente des bandes de fréquence devrait être fixée à 2016.

Les chaînes de télévisions opposées au projet

Cette plage de fréquence est celle utilisée par les chaînes de télévision notamment pour les événements extérieurs et pour les liaisons de micros UHF (Ultra Haute Fréquence). Le transfert d’une partie de cette plage de fréquence pourrait donc affaiblir la télévision mais aussi le domaine du spectacle vivant. Plusieurs syndicats des deux secteurs avaient d’ailleurs co-signé, en juin dernier, un communiqué dans lequel ils n’hésitaient pas à dénoncer le projet. Ils accusaient le gouvernement de vouloir « leur retirer des fréquences indispensables au bon fonctionnement des microphones et liaisons sans fil utilisés pour les émissions en direct« .

Plus particulièrement, c’est la TNT (Télévision Numérique Terrestre) qui risque de pâtir de cette réallocation. En effet, sans ces fréquences de 700 MHz, ces chaînes de télévision auront plus de difficultés à se développer et notamment à se diriger vers la Haute Définition.

Une vente aux enchères pour financer le budget de la défense

Etant donné la bataille qui s’organise autour du très haut débit, l’attribution de nouvelles bandes de fréquence n’est pas une mauvaise idée. Reste que le gouvernement souhaite organiser une vente aux enchères de ces infrastructures en 2016, sans que les tous les groupes de la téléphonie ne se montrent intéressés pour le moment. Du moins, ce n’est pas le cas de SFR et Bouygues, qui ont déjà fortement investi dans le déploiement de la 4G, et qui préfèreraient que la ventes aux enchères interviennent plus tard que 2016. De leur côté, Orange, et Free, l’opérateur le moins bien loti à ce niveau, sont favorables à la réallocation dans les temps envisagés pour le moment.

Le gouvernement compte en réalité sur cette vente aux enchères pour financer le budget de la Défense. Selon Les Echos, Jean-Marc Ayrault et ses ministres se donnent pour objectif d’obtenir entre 3 et 3,5 milliards d’euros de la poche des opérateurs, ce qui permettrait de financer la Loi de programmation militaire pour la période 2014-2020.

crédits photo : AFP/Sylvain Estibal