La première conférence s’est terminée il y a peu et la première chose que l’on a envie de vous dire, c’est qu’il va falloir patienter jusqu’à demain pour les grosses annonces concernant Android’

Cela étant, quelques informations ont déjà filtré à propos d’Android :

  • Flash sera bel et bien disponible sous Android
  • Une application Wave pour Android a vu le jour
  • Les API de Google Latitude sont dés à présent disponibles

Évidemment, la première information n’en est pas une dans la mesure où nous le savions déjà et depuis longtemps.
Quant à la seconde information, l’application Wave pour Android, nous sommes très déçus puisqu’il s’agit plus d’un embryon que d’une application complète.
Enfin, l’ouverture des API de Latitude est une bonne chose et va permettre de développer un paquet de services natifs ou web très intéressants à condition que les utilisateurs comprennent les différents degrés de confidentialité.

Concernant les autres annonces, l’accent a été mis sur deux technologies :

  • HTML 5
  • Google App Engine

HTML 5 est très clairement au cœur de la stratégie de Google, tant dans l’univers du Desktop que dans l’univers du mobile et l’annonce d’un nouveau codec média, le WebM devrait permettre de faire tomber les dernières réticences autour de HTML 5.

Pour cela, Google a su rassembler beaucoup de partenaires : Adobe (DreamWeaver HTML 5), Mozilla et Opéra (intégration de WebM).

Google App Engine devient un véritable outil professionnel destiné à multiplier l’usage du web dans les entreprises. Ce mouvement n’est pas tout à fait anodin pour Android (ou l’iPhone) puisque le recours au web se multipliant pour les logiciels d’entreprise, des terminaux mobiles modernes tels que les téléphones Android ou l’iPhone seront nécessaires pour assurer l’accès à l’entreprise en mobilité là où des applications Windows Mobile suffisaient auparavant.

En plus de ces technologies, ont été annoncé l’ouverture de Wave à tout le monde mais surtout le développement d’un Chrome Web Store ! Sur le même modèle que les applications mobile, on aura donc un point de centralisation (non obligatoire, comme l’Android Market) pour les applications web. Ce mouvement est intéressant et avait déjà été conceptualisé dans Jolicloud par exemple.

Voilà pour ce soir.

Demain, nous parlerons beaucoup plus de téléphones, d’Android mais aussi et probablement surtout de télévision.