Apparemment, la grande taille ces téléphones-tablettes n’a pas l’air de détourner les consommateurs de l’achat. C’est la conclusion de Juniper, un cabinet d’étude anglais spécialisé dans le commerce de la téléphonie mobile.

phablet-11

20 millions de phablettes auraient été vendues l’année dernière si l’on se réfère à l’étude (accès payant) de Juniper. Et c’est parti pour continuer : le cabinet prévoit une vente multipliée par 6 dans 4 ans, soit 120 millions de phablettes en 2018. Notons au passage que Juniper définit une phablette tout smartphone dont l’écran mesure 5,6 pouces au minimum. Ce qui inclut le HTC One Max et le Galaxy Note 3. Si l’on se fie à ce critère, le LG G Flex et le Oppo N1 font également partie de la catégorie. Il fallait bien un critère, Juniper en a choisi un arbitrairement pour réaliser son étude et son décompte, car à vrai dire, la frontière entre smartphones et phablettes est floue et évolutive : à 5,2 pouces, le LG G2 fait partie des smartphones, quand le premier Galaxy Note, à 5,3 pouces, a été le premier porte-étendard des phablettes.

Le monde a t-il un attrait pour les phablettes ? Il est vrai que si l’on regarde les ventes des phablettes Galaxy Note, on peut remarquer une bonne progression des ventes : la Galaxy Note 3 s’était vendue à 5 millions d’exemplaires en une seule semaine. Et comme la tendance du moment, ce sont des écrans toujours plus grands, il y a fort à parier qu’il y a aura de plus en plus de phablettes dans nos vies dans les prochaines années. Il paraît même que Apple veut se lancer sur ce marché, dominé par le sud-coréen Samsung… tandis que l’étude ne se concentre que sur les univers Android et Windows Phone.