Signal Research, un cabinet indépendant d’évaluation des réseaux mobiles, a mis sur le banc d’essai 5 smartphones et phablettes : un Samsung Galaxy S4, un HTC One, un LG G2, un Samsung Galaxy Note II et enfin un Moto X de chez Motorola. Dans la connexion à la 4G, qui a gagné ? Mais surtout, est-ce vraiment important ?

benchmark-LTE-réseau-Motox-LGG2-Galaxy-S4-Galaxy-NoteII-HTCOne

Les règles de cet audit étaient drastiques, selon le cabinet qui l’a mené. Tous les appareils ont été achetés dans le commerce et n’ont pas été fournis par les différentes marques, impartialité oblige. Ils ont été testés dans une chambre capitonnée de mousses isolantes (anechoic chamber) sous différents angles et niveaux de puissance. Il y a eu 860 essais de 60 secondes, soit un petit peu plus de 14 heures de test pour chaque téléphone. Précision importante, chaque appareil était équipé d’un processeur Qualcomm et communiquait sur la fréquence les bandes des 700 MHz octroyé au réseau LTE aux États-Unis. L’audit s’est déroulé en ville dans les locaux de ETS-Lindgren LP, un spécialiste des communications, à Austin au Texas.

A l’issue de cette compétition et de l’analyse des résultats, le vainqueur serait le Moto X. Le site FierceWirelessTech en est convaincu. Et “de loin” selon le rapport du cabinet. Le téléphone a collecté 35 % de données en plus dans chacun des test qui lui a été soumis. De plus, il semble que le téléphone de Motorola aurait la capacité de soutenir une connexion aux données moins puissante que ses concurrents.

Il subsiste toutefois un gros bémol : le Moto X a été testé sur une bande différente que les autres téléphones. En effet, le smartphone de Motorola a été joint sur la bande 13 des 700 MHz (opérée par Verizon Wireless) à cause de son incompatibilité avec les autres bandes. Tous les autres appareils ont été testé sur la bande 17 utilisée par l’opérateur américain AT&T. Le patron de Signal Research, Michael Thelander jure la main sur le cœur que cette différence de bande n’a pas modifié les résultats du test. Certains, comme le site TheNextWeb, en doutent. Dommage que le crédit de cet ambitieux audit ait été amoindri par cet écart notable de fréquence. On pourra toutefois conclure que quelle que soit la qualité du réseau de votre opérateur, vous serez toujours déçu par un smartphone peu performant en matière de connexion au réseau mobile.