On vous voit, là-bas, au fond de la classe : vous aussi, vous aimeriez bien faire une petite partie de Mario Kart dans vos moments d’oisiveté, dresser vos petits Pokémon, ou explorer le monde de Wario. Dommage, Nintendo a confirmé son intention de ne pas porter ses titres sur les plateformes mobiles. Ses ambitions n’excluent toutefois pas tout à fait les smartphones et tablettes.

Nintendo

Les derniers résultats de Nintendo ne sont pas plus rassurants qu’il ne le faut. La firme affiche de mauvais scores relatifs à la console Nintendu Wii U – les mauvaises langues ne manqueront pas de souligner que l’on pouvait s’y attendre – et anticipe d’importantes pertes financières, proches des 250 millions d’euros. Qui dit difficultés rencontrées dans son modèle actuel, dit nouvelles pistes à explorer : et la question qui se pose, c’est bien sûr celle de l’entrée de Nintendo dans le monde de la téléphonie mobile.

Super Mario sur les smartphones et tablettes, voilà un doux rêve pour les nostalgiques des Super Nintendo, Nintendo 64 et même pour les fans de Game Boy Advance ou 3DS. Le hic, c’est qu’hormis en passant par des émulateurs, il n’est pas possible d’accéder à ce type de jeux sur un terminal mobile. Puisque la situation financière de Nintendo laisse entendre que de nouveaux leviers de croissance devront être définis, on pouvait s’attendre à un virage mobile chez le Nippon ; or il n’en sera rien, comme l’ont confirmé les instances japonaises de la marque, mais aussi leurs homologues français à nos confrères du Figaro.

Grosso modo, Nintendo ne souhaite pas dépenser des fortunes pour porter ses jeux sur mobiles, mais préfère se contenter d’applications destinées à enrichir l’expérience du joueur sur smartphone. On pense donc à des apps du type Pokedex, cet annuaire géant de Pokemons, ou tout simplement à des applications compagnon, comme certains éditeurs de jeux pour consoles next-gen en proposent, ou même à des forums d’échange dédiés à certains jeux emblématiques. Et au rayon des projets Nintendo, la firme a déjà évoqué de quoi accéder au réseau social Miiverse associé à la console Wii U (actuellement disponibles depuis n’importe quel terminal sur un navigateur web), mais aussi un système de « jeu en ligne gratuit« . Pensons que les amateurs de jeu Nintendo peuvent, sous réserve de bidouiller un peu, accéder à leurs titres préférés en passant par des émulateurs, ce qu’ils ont probablement déjà fait. Peur du manque à gagner ou difficulté à passer le cap du jeu à la sauce 2010’s ? Reste que Super Mario sur smartphones, ce n’est malheureusement pas pour tout de suite.