L’édition 2014 du CES est terminée, et comme chaque année, elle a été riche en nouveautés. Comme vous avez pu vous en apercevoir, peu de smartphones et de tablettes, les constructeurs s’observent un peu trop…

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00265

Même s’il est vrai que l’Internet des objets et la mobilité en particulier peut représenter le Next Big Thing dans l’informatique, le problème fondamental n’a pas changé : comment capturer des données, les assimiler, les analyser et les appliquer à rendre notre vie plus productive et plus plaisante. L’information doit être disponible en permanence, à portée de main, et doit être contextuelle.

Vu sous cet angle, quelques produits et technologies annoncés au salon ont vraiment du sens. En fait, nous avons pu dégager plusieurs tendances.

 

Les voitures connectées

Ni Windows ni l’écosystème iOS n’ont réussi à être intégrés dans nos voitures d’une manière convaincante, et ce malgré les efforts des constructeurs d’automobiles. Google semble réussir ce pari : Android s’est installé dans nos tableaux de bord, chez Audi, General Motors, Honda et Hyundai. Google a profité de l’événement pour annoncer un nouveau consortium – Open Alliance Automobile – qui regroupe une grande partie des acteurs de l’automobile. A l’image de l’Open Handset Alliance, le consortium autour d’Android, l’OAA sera en charge du développement de l’écosystème Google dédié à l’automobile.

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00757

Si vous connaissez la puissance de Google, vous imaginez sans doute ce que cela implique : suivi des temps de vol et des retards, la possibilité de régler l’heure et rappels basés sur la localisation, diction d’emails et de messages sur les réseaux sociaux… Votre voiture va devenir une extension de votre bureau, de votre salon, ou des deux.

Gartner, un des plus grands observatoires, estime que plus de 70 % des véhicules vendus en 2018 seront équipés d’un système intelligent avec un module de connexion sans fil (4G/5G). D’autant plus, qu’un américain moyen passe 47 minutes par jour dans sa voiture… c’est énorme ! « La voiture est la plate-forme mobile ultime« , a déclaré Thilo Koslowski, analyste mobile avec Gartner.

Cela ne veut pas dire que vous allez jouer à Tetris dans votre voiture (les enfants derrière, à la limite), en tant que conducteurs vous pourrez avoir un tableau de bord personnalisé pour écouter de la musique, la radio, vos e-mails, les flux des réseaux sociaux, accéder à votre planning, à votre navigation et à tout un tas d’informations contextuelles.

 

Tout ce qui peut être connecté

Comme prévu, on connecte tout en 2014. Avec des capteurs et de la connectivité intégrées dans toutes sortes d’objets de tous les jours – des lunettes aux vêtements, en passant par les bijoux. Nous avons pu voir une raquette de tennis connectée chez Babolat et Sony, mais aussi un ballon de basketball connecté.

94fifty-basketball

Principaux produits connectés : les trackers d’activités. Les constructeurs se sont focalisés principalement sur la remise en forme, avec des trackers d’activité et des moniteurs cardiaques. Après le succès de bracelets, comme Fitibit, Nike ou encore Jawbone, des dizaines de constructeurs se sont lancés à l’assaut de ce marché juteux. Nous avons pu voir les bracelets de Sony, LG, Netatmo, Archos, Razer, Fitbit… 2014 s’annonce comme une année où l’on retrouvera de nombreux produits d’imitation avec plus ou moins de différenciation.

c_Humanoid-CES-2014-FrAndroid-FraWin-DSC00972

Les Fitbit

Garmin Vivofit

Le Garmin Vivofit existe en bleu, mauve, vert ou noir.

Razer

Razer Nabu

Bracelet LG LiveBand Touch

Bracelet LG LifeBand Touch 

Sony SmartBand

Sony SmartBand

Après l’échec commercial des montres connectées, les constructeurs tentent désormais de fusionner les bracelets et les montres. En effet, on a pu observer chez Sony, Razer ou encore LG, des bracelets connectés aux smartphones afin de nous alerter de l’arrivée de notifications.

Nous avons également pu observer l’arrivée de produits dédiées à la santé. Les moniteurs de fréquence cardiaque sont enfin un produit de masse, avec une fiabilité proche des produits dédiés aux professionnels. De la sangle de poitrine au bracelet, les produits sont déclinés sous différentes formes. J’en ai parlé avec quelques amis médecins afin de comprendre l’intérêt de ces produits « santé ». La santé cardiovasculaire est complexe, néanmoins il est possible de suivre quelques indicateurs clés, comme la fréquence cardiaque. Les appareils peuvent recueillir de nombreuses données, la grosse difficulté réside dans le développement d’applications et de tableaux de bord qui aident les utilisateurs à comprendre les données recueillies.

 

Bien-être et santé, ça se rapproche !

La tendance la plus intéressante, c’est le rapprochement entre le bien-être et la santé. De nombreux outils de diagnostic permettent à chacun de collecter, surveiller et évaluer tout un tas d’informations sur leur corps. J’ai par exemple pu voir Skulpt, un appareil qui peut évaluer la qualité musculaire avec 12 électrodes. Ce produit s’adresse aux patients atteints de dystrophie musculaire, mais il pourra également être utilisé pour toutes les personnes qui souhaitent pouvoir suivre l’évolution de la constructeur musculaire, sous devoir attendre de voir apparaitre des « formes ». Bref, on se comprend.

 

La 4K est au point

UltraHD… 4K….  vous avez sûrement compris que vous n’y échapperez pas. Les télévisions sont prêtes : Sony, Philips, LG, Samsung… et le contenu arrive. A l’éternelle question : où se trouve le contenu 4K ? Il est là. Netflix, service américain de streaming de films et de séries TV, a annoncé que les premiers flux 4K seront déployés au premier trimestre 2014. YouTube permet d’héberger des vidéos en 4K depuis peu. De plus, le nouveau codec HVEC permet de transférer de la 4K avec seulement 10 à 15 Mbps de bande passante (une connexion ADSL pourra réceptionner le flux en 4K).

Pour les acheteurs précoces de matériels 4K (je parle des téléviseurs à 10 000 euros et plus) devront acquérir un décodeur HVEC. Pour les autres, Polaroid a annoncé une TV 4K à moins de 1000 euros !

 

L’audio haute résolution 

Le marché des écouteurs et des casques vont pouvoir bénéficier de l’arrivée de l’audio haute résolution. Au début des années 2000, nous avons connu une vraie révolution avec l’arrivée du MP3 qui démocratiser l’audio numérique, au détriment de la qualité.

L’audio haute résolution arrive donc à point nommé. Techniquement, l’audio haute résolution est défini ainsi : un taux d’échantillonnage de 192 kHz et une profondeur de 24 bits sans perte. Par comparaison, les CD ont généralement un taux d’échantillonnage de 44,1 kHz et une profondeur de 16 bits.

Les services de téléchargement et de streaming devraient adopter au fur et à mesure ce format, néanmoins il reste aux écosystèmes (iOS, Android, Winddows, etc.) et aux constructeurs à apporter les modifications nécessaires pour accueillir ce format. Mais je ne sais pas si vous êtes prêts à payer plus pour de la musique numérique de qualité supérieure.

 

La réalité augmentée devient une réalité

Si vous cherchez une raison, une seule raison de choisir un PC comme plateforme de jeu en 2014, c’est Oculus Rift. Crystal Cove était de loin la trouvaille la plus intéressante. Cet accessoire ne viendra pas remplacer la GamePad de votre Wii U lors des prochaines réunions familiales, c’est un accessoire conçu pour les hardcore gamers, et je n’ai jamais rien vu de plus immersif. Quant Oculus Rift est connecté à PrioVR, avec des capteurs connectés à tout votre corps, l’expérience est réellement impressionnante.

83800

Oculus Rift

Justement, le jeu sur PC est de retour ! Si vous pensiez que la nouvelle génération de consoles (la Next Gen) allait faire de l’ombre au PC… vous vous trompiez lourdement. Steam a dévoilé du lourd en exposant plusieurs appareils sous SteamOS : Alienware, CyberpowerPC, Falcon Northwest… et Materiel.net.

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00853

Si les constructeurs de Steam Machines sont capables de rendre ces machines « accessibles » comme les consoles, avec de la diversité et un écosystème

 

Une édition du CES pleine d’avenir

Cette édition CES était pleine de pousses vertes. j’ai noté la présence d’Intel Edison – un ordinateur de la taille d’une carte SD – un outil de développement qui pourrait aiguiser la réflexion sur l’ Internet des objets en fournissant une plate-forme unique sur laquelle de nombreux gadgets intelligents peuvent s’appuyer. J’ai également pu entendre parler de AllJoyn de Qualcomm, une technologie qui permettra aux objets connectés de parler entre eux, tandis que Livio Connect est une plate-forme pour permettre aux applications de communiquer avec des périphériques tels que les autoradios. Justement… Livio vient d’être acquis par Ford, ce qui suggère qu’il est prêt pour de grandes choses dans un avenir proche. Enfin, Sen.se propose une plateforme clés en main pour connecter tous les gadgets qui nous entourent. Technogym a également annoncé un écosystème de suivi du bien-être, appelé MyWellness Cloud, qui peut extraire des données de Withings, Fitbit, MapMyFitness ou encore RunKeeper.

L’intégration et l’interopérabilité seront les sujets clés de ces prochaines années, néanmoins je reste persuadé que c’est à Google/Apple/Microsoft de proposer des plateformes intégrées dans l’OS. Imaginez une interface directement l’AOSP d’Android pour gérer tous ses objets connectés… Cela fait sens !