C’est un nouveau pan de l’histoire d’Android qui nous est raconté dans le livre de Fred Vogelstein, Dogfight: How Apple and Google Went to War and Started a Revolution. L’entreprise Android inc., fondée en 2003 par Andy Rubin, aurait pu appartenir au colosse sud-coréen Samsung. 

500x_rubin-android

Pour celles et ceux qui ne sont pas encore familiers avec l’histoire d’Android, nous conseillons la lecture de cet article en guise d’introduction.

L’information nous vient de nos collègues de PhoneArena qui ont fait bonne lecture du livre de Vogelstein et se situe début 2005, soit un peu plus d’an après le lancement d’Android inc. L’entreprise est alors essentiellement dans une phase de recherche et développement et ne dégage pas de chiffre d’affaires. Il faut pourtant bien payer salaires et charges mais après un an de fonctionnement, il ne reste pas grand choses dans les coffres de la petite start-up.

C’est ainsi qu’Andy Rubin décide de se tourner vers un acquéreur. Nous le savions puisque cette même année 2005 est celle de la vente d’Android inc. à Google. Ce que nous ignorions en revanche, c’est que l’acquéreur cible d’Andy n’était pas Google mais Samsung.

Déjà parmi les leaders de la téléphonie mobile, Samsung intégrait alors Symbian ou Windows Mobile à ses smartphones et ses terminaux haut de gamme. C’est probablement en se disant que les Coréens seraient intéressés à avoir leur propre OS que toute l’équipe d’Android inc. a donc débarqué à Séoul pour rencontrer les pontes de Samsung. Mais dès le début, c’est un clash culturel qui a lieu. La petite start-up et ses idées fraîches se heurte à la multinationale née en 1938.

Sur place, la totalité des équipes d’Andy Rubin , soit seulement huit personnes, est entourée par pas moins de vingt personnes de chez Samsung. Et les Américains de se faire dire qu’ils étaient probablement fous de penser révolutionner le monde mobile avec une équipe aussi ridicule.

Vous et quelle armée allez créer ça [Android] ? Vous disposez de six personnes, vous êtes perchés ou quoi ?

Moqué par les dirigeants de la multinationale, Andy Rubin s’est donc tourné vers Larry Page, fondateur de Google, et l’entreprise a été rachetée pour 50 millions de dollars deux semaines seulement après l’affront de Séoul.

La question restée sans réponse est donc : que serait-il arrivé si Samsung avait acheté Android ? Aurait-il eu le succès qu’on lui connaît ?