L’équipe russe de Yota est cette année encore présente au Mobile World Congress de Barcelone, où elle présente son deuxième YotaPhone. Sa mouture 2014 embarquera un écran tactile e-Ink (e-Paper) permettant à l’utilisateur d’interagir plus aisément avec cette deuxième dalle.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02097

Le YotaPhone premier du nom a été présenté il y a un peu plus d’un an, pour finir par être commercialisé en fin d’année 2013 au prix de 499 euros. Un tarif haut de gamme mais loin des smartphones haut de gamme proposés par les grands constructeurs, avec à la clé un écran frontal LCD de 4,7 pouces (HD 720p) et un second de 4,3 pouces à l’arrière, en technologie e-Ink.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02107

Toujours allumé et paramétrable afin qu’il puisse afficher les informations qui intéressent son utilisateur, celui-ci n’était pas tactile ; il fallait utiliser une bande sensitive située sous la dalle pour naviguer dans cet écran, essentiellement dédié à la lecture d’eBooks.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02095

Pour sa deuxième génération de smartphone,Yota montre un bel effort design, puisqu’en lien et place d’un terminal rectangulaire un peu austère, la firme russe a opté pour un form-factor de type « gallet », avec des angles extrêmement arrondis et des tranches douces. L’appareil est légèrement plus grand que son prédécesseur de quelques millimètres, mais aussi plus léger, avec un poids visant les 140 grammes contre les 146 grammes de son prédécesseur. « Visant » car le YotaPhone que nous avons un n’est encore qu’un prototype, certes fonctionnel mais susceptible de changer encore avant sa commercialisation.

Seconde génération à gauche, première génération à droite

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02111

Seconde génération à gauche, première génération à droite

Une montée en gamme globale

Yota propose une véritable montée en gamme chez son smartphone. Sous Android 4.4.1 à ce jour, il dispose d’un écran AMOLED de 5 pouces offrant une définition Full HD 1080p : autant dire qu’en façade, le résultat est très satisfaisant.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02126

Au dos, l’écran e-Paper passe à 4,7 pouces de hauteur pour 960 x 540 pixels en niveaux de gris. Le but de Yota n’est pas encore atteint : il s’agirait de parvenir à fondre l’écran e-Ink dans la coque arrière du smartphone pour que, en cas d’informations blanches affichées sur fond gris, l’utilisateur ne fasse plus la différence entre le plastique de la coque et l’écran, comme nous l’a confié Lau Geckler, le COO de Yota. Pour le moment, nous en sommes loin, mais le résultat est plus que convenable. C’est à peu près l’expérience que l’on peut retrouver sur une liseuse à la Kobo ou Kindle, mais avec un écran plus petit… et tactile.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02125

Qui dit écran tactile, dit interaction avec des applications. Lorsqu’il n’est pas utilisé, l’écran est conçu pour être allumé et pour afficher les informations sélectionnées par l’utilisateur. Dans un manager d’écran, il peut choisir une photo d’arrière-plan dans sa galerie, mais aussi des informations à afficher (horloge, calendrier, flux Twitter, cours boursiers…) sous formes d’éléments à aligner sur une grille.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02121

Pour le reste, il faudra passer par des applications compatibles avec cette forme d’écran. Pour ce qui concerne les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et quelques autres), Yota s’est chargé du portage, mais fournit également les API nécessaires aux développeurs. On trouve ainsi Fitbit parmi la vingtaine d’applications compatibles. « Le premier YotaPhone nous a permis d’avoir un feedback », indique Lau Geckler, et le second sera conçu pour transformer l’essai.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02103

Le YotaPhone dispose d’un processeur Snapdragon 800 à 2,2, de 2 Go de RAM, de 32 Go de stockage et est compatible avec la 4G de catégorie 4. Il dispose d’une batterie de 2550 mAh qui n’a certes rien d’exceptionnel en comparaison des smartphones actuels (2800 mAh chez le Galaxy S5 par exemple) ; l’appareil est d’ailleurs compatible avec la charge sans fil. Côté photo, comptez sur un capteur de 2 mégapixels et un autre de 8 mégapixels à l’arrière. Le tout mesure 144 x 69,5 x 8,9 mm, un format plus qu’acceptable, d’autant plus que l’écran est légèrement bombé et agréable en main.

c_FrAndroid  MWC 2014 DSC02112

 

Un YotaPhone 3 en 2015 ?

Le COO de Yota nous a par ailleurs confirmé que son équipe ne se contenterait pas du smartphone, et qu’en 2015 viendrait un nouveau modèle… Vu les progrès du YotaPhone, on peut espérer un écran passant, pourquoi pas, à la couleur, voire recouvrant l’intégralité de la coque arrière.

La proposition actuelle de Yota, qui positionnera son appareil à 499 euros d’ici octobre ou novembre 2014, est en tout cas intéressante. Il s’agit d’assurer l’interaction avec l’écran arrière en un clic, d’obtenir un affichage de l’heure permanent, et bien sûr d’économiser un maximum la batterie du terminal. Avec une proposition haut de gamme, même si le S800 commencera à prendre des rides en fin d’année, un prix très acceptable et de l’innovation double-face, Yota espère un succès dépassant sa première mouture, dont les stocks de précommandes n’avaient pas su, dans un premier temps, répondre à tous les acheteurs intéressés.