C’est à la mode en ce moment. Les terminaux sécurisés poussent comme des champignons ! Le Blackphone (vu au MWC), l’OS Uhuru, le Boeing Black… Voici maintenant une nouvelle addition à cette fratrie en plein développement : elle s’appelle le Privacy Phone, c’est un smartphone Android sécurisé. Détail intéressant : il ne coûte que 189 dollars.

private_phone_3veiw_s2_v2

Le plus surprenant dans cette histoire, c’est le fabricant du Privacy Phone. FreedomPop est un fournisseur d’accès Internet américain. Il s’était distingué en promettant de délivrer la 4G gratuitement à ses usagers. Le FAI a alors vu alors de la vente de terminaux grimper en flèche. Ce dernier avait fait campagne avec le slogan « Internet est un droit, pas un privilège« . Le FAI a donc retourné son slogan pour le Privacy Phone en claironnant « La vie privée est un droit, pas un privilège« . FreedomPop propose ainsi un smartphone qui code systématiquement message et appels (clé 128 bits), qui promet au passage une navigation anonyme sur le Web, qui peut « passer outre les restrictions des sites Web et se connecter à n’importer quel site« . Tout le transit Internet passera par un VPN privé, le smartphone pourra également changer de numéro autant de fois que son utilisateur le souhaite.

Oui, vous l’aurez certainement remarqué, il s’agit d’un Samsung Galaxy SII, smartphone qui a servi de base pour accueillir une ROM custom fait par FreedomPop.

 

Le smartphone des mafiosi ?

« Comme tous produits technologiques, il peut être détourné” concède Stephen Stokols, le patron de FreedomPop. Il faut également ajouter que le smartphone coûte 189 dollars aux États-Unis, mais, comble de la vie privée, vous pourrez régler votre achat en Bitcoins. La transaction vous coûtera, au moment où nous écrivons ces lignes, 0,2946 Bc. Le prix a ses limites, car il faut bien rémunérer le VPN : vous aurez droit à 3 mois de messages et d’appels avec 500 Mo de stockage en cloud. Après, il faudra payer 10 dollars chaque mois pour continuer à profiter de l’internet sécurisé. Les bitcoins sont, là encore, autorisés.

Le prix est intéressant, mais il faut voir ce produit comme américano-américain : il est vendu par FreedomPop qui propose le réseau 4G gratuitement au pays de l’Oncle Sam et le Privacy Phone devrait profiter à fond de ce réseau. Si le smartphone venait à traverser l’océan Atlantique, il n’est pas sûr que la promesse de sécurité et de vie privée soit tenue en Europe.