L’information a été lâchée par le patron de Canonical, Mark Shuttleworth, lors du salon CeBIT à Hanovre : le prix du Ubuntu Phone évoluera « entre 200 et 400 dollars« . Canonical prend des risques.

ubuntu-edge-bientôt

On en sait donc un peu plus sur les prochains smartphones équipés par l’OS Ubuntu version mobile, développée par Canonical. Ils coûteront en tout cas au minimum 200 dollars et au maximum 400 dollars. « Nous allons vers le haut de gamme car nous désirons des utilisateurs pointus et attentifs à leur expérience mobile et aussi parce que notre ambition est de vendre un futur PC, l’ordinateur personnel de demain » justifie Mark Shuttleworth selon des propos rapportés par The Inquirer.

 

Les chemins tortueux des Ubuntu Phone

Sortir le Ubuntu Phone n’a pas été un parcours de santé. L’été dernier, Canonical avait tenté de produire par financement participatif le Ubuntu Edge : l’entreprise voulait rassembler 32 millions de dollars, elle n’en a collecté « que » 13 millions (ce qui était pas mal en soi). À l’époque, beaucoup avaient critiqué cette levée de fonds au tarif excessif pour un smartphone tout aussi onéreux : le Ubuntu Edge devait coûter 830 dollars. Canonical avait descendu le prix de son smartphone à 695 dollars pour essayer de compléter les objectifs de financement, en vain. Même si le Ubuntu Edge a finalement été enterré, Ubuntu Touch, le système d’exploitation alternatif sur mobile, va finalement trouver sa place sur les produits des constructeurs comme Meizu et BQ grâce à un partenariat-clé. Les prochains smartphones seront proposé à la vente au cours de l’année 2014, pour des prix oscillant entre le milieu et le haut de gamme.

Le positionnement tarifaire adopté par Canonical est précisément celui que la Fondation Mozilla cherche à éviter. Dans la concurrence qui oppose les deux OS alternatifs -Ubuntu Touch et Firefox OS, deux conceptions s’affrontent. Firefox OS a fait le choix d’attaquer le marché du téléphone mobile par le bas, voire par l’ultra low-cost. L’objectif de la Fondation Mozilla est de bâtir une base de clients suffisamment solide pour pouvoir, ensuite, s’élancer sur le marché milieu et haut de gamme. Canonical fait le choix de s’attaquer directement au milieu de marché, face aux poids lourds du secteur (Samsung, Apple, HTC, etc.). L’entreprise derrière l’OS Ubuntu prend des risques : nous verrons bien si la promesse de Mark Shuttleworth d’un « ordinateur personnel de demain » trouvera son public… chez un système d’exploitation qui n’a pas encore fait ses preuves sur les téléphones mobiles.