L’une des promesses les plus alléchantes de la Ouya était de proposer une démo jouable pour chaque jeu présent sur sa boutique. A partir d’aujourd’hui, ce ne sera plus le cas : trop contraignant, trop cher et trop compliqué pour les développeurs de jeu.

Ouya

Ouya est donc revenu sur l’une de ses promesses initiales les plus emblématiques : proposer pour chaque jeu présent sur sa boutique une démo jouable. Si l’on en croit le récent billet de blog posté sur le site de l’entreprise, cette promesse semblait de prime abord évidente. Elle permettait d’attirer les joueurs sur sa console et jouait la carte de la transparence : ils avaient le choix de passer à la caisse ou non.

Cette politique n’était toutefois pas aussi évidente pour les développeurs. Réaliser une démo d’un jeu n’est pas forcément le meilleur choix pour le promouvoir. Non seulement une démo ne reflète pas totalement la qualité d’un titre, mais en plus elle demande des moyens supplémentaires pour être conçue. A l’échelle d’un jeu développé sur Android, c’était parfois compliqué. Et à en croire les représentants de Ouya, les développeurs se plaignaient toujours des quatre mêmes choses à propos de cette politique de la démo obligatoire :

  • Forcer la mise en ligne d’une démo est contraignant. Si la Ouya se veut une console ouverte, alors qu’elle laisse le choix aux développeurs.
  • D’un point de vue créatif, une démo n’a pas toujours de sens pour certains jeux.
  • La réalisation d’une démo nécessite un budget supplémentaire que tous les studios ne peuvent pas se permettre.
  • Des studios ne savent pas comment concevoir une bonne démo

Au final, ces arguments ont convaincu les dirigeants de mettre un terme à leur politique. Cela devrait permettra d’attirer de nouveaux développeurs sur la boutique de la Ouya et proposer un catalogue un peu plus ambitieux. D’ailleurs, un an après sa sortie, qui est capable de citer un seul bon jeu disponible sur Ouya (à l’exception de Towerfall) ?