Des chercheurs coréens ont mis au point un générateur très mince et flexible capable de transformer la chaleur humaine et électricité. Une découverte qui cible particulièrement une utilisation prochaine dans les objets connectés.

gdfwsd

Et s’il devenait possible de recharger une montre connectée, un bracelet intelligent, ou même un trackeur d’activité sans avoir besoin de ne rien faire, mis à part éviter l’hypothermie ? C’est ce que suggèrent des recherches menées au Korean Advanced Institute of Science and Technology par une équipe de chercheurs. Ces individus ont mis au point un nouveau générateur très fin et surtout flexible, stockant la thermoélectricité sur un élément en fibre de verre. La flexibilité de cet appareil lui permettrait de s’adapter à la forme d’un poignet et d’être par exemple incorporé dans le bracelet d’une montre. Evidemment, il ne s’agit pas du premier générateur de thermoélectricité mais ce sont ses deux particularités qui en font un outil intéressant et dont on peut imaginer une utilisation prochaine.

Le porte-parole de cette équipe, le professeur Byung Jin Cho, a expliqué : « C’est une approche révolutionnaire dans la façon d’aborder un générateur. Dans cette optique, nous avons été capable de réduire le poids de notre générateur de façon significative, ce qui s’avère un élément essentiel pour l’intégration aux appareils connectés ». Concernant son fonctionnement, le générateur stockerait la chaleur corporelle en la transformant en électricité, ainsi l’appareil n’aurait plus jamais besoin d’être rechargé. Les solutions thermoélectriques sont de plus en plus envisagées avec les nouvelles normes et problèmes environnementaux. Le processus de transformation de chaleur en électricité porte d’ailleurs le nom de thermopile, domaine de recherche qui se cherchait une utilisation très précise. Il semble être tout trouvé, même s’il ne faut pas espérer une intégration de ce type de technologies dans des objets connectés dans un avenir proche.