On s’y attendait. Oui, vraiment. Will.i.am avait déjà commencé à dévoiler le projet en avril dernier. Le produit se nomme i.am+ Puls, et les médias l’annoncent déjà comme un concurrent à l’Apple Watch et aux montres Android Wear. Détrompez-vous, Puls n’est pas une montre.

PULS-image

Puls, c’est à la limite un bracelet connectée… ou un brassard intelligent. Mais ce n’est pas une montre. Cela n’enlève rien aux qualités de ce produit, il peut – entre autres – permettre de passer des appels sans être lié à un smartphone. C’est un appareil qui intègre un écran incurvé avec sa propre carte SIM, 16 Go de mémoire interne et 1 Go de RAM, sans oublier un système de reconnaissance vocale nommé Aneeda (similaire à Siri, Google Now, Cortana… comme vous voulez) développé avec Nuance.

« Souhaitez-moi de rêver, putain… rêvons ensemble » – Will.i.am.

En tant qu’objet connecté, Puls intègre tout un tas de capteurs. Avec son écran tactile, on retrouve un accéléromètres ainsi qu’une puce GPS, pour récupérer des données utiles à la santé et la remise en forme. Il inclut également un mystérieux capteur d’émotion qui « peut » détecter l’humeur de l’utilisateur. Le Puls est propulsé par un processeur Qualcomm Snapdragon 400, et il exécute une version modifiée d’Android capable de faire tourner des applications. Parmi elles, on retrouvera des versions adaptées de Facebook, Twitter, Instagram, Salesforce mais aussi un partenariat avec NewsCorp pour fournir du contenu éditorial.

Capture d’écran 2014-10-16 à 10.30.31

Will.i.am n’a bien sûr pas négligé la partie musicale, avec une application de musique « directement intégrée dans l’OS » et sans « abonnement à un service de streaming».

macgpic-1413453477-466384829974101-sc-op

Pour le moment, Puls n’est prévu qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni. Aux États-Unis, le bracelet sera commercialisé exclusivement par AT&T, tandis qu’au Royaume-Uni, il sera porté par l’opérateur O2. Aucun prix ni date de lancement n’ont encore été annoncés.