Le dernier né de Motorola, le Droid X, fait parler de lui depuis quelques jours. En effet le bootloader de celui-ci a été bloqué pour ne pas pouvoir être utilisé avec une ROM alternative. Mais plus encore, la rumeur annonçait que le changement de ROM entraînerait le brickage (blocage définitif) de celui-ci ! On parlait de l’utilisation d’eFuse pour le blocage, une technologie d’IBM permettant l’altération physique des circuits imprimés !

Mais engadget a contacté Motorola pour obtenir plus d’informations, ainsi que leur réaction à ce propos. Voici ce qu’ils ont obtenus :

« Motorola se concentre en premier lieu sur la sécurité et la protection des données de ses utilisateurs finaux ainsi que des opérateurs et des partenaires. Le Droid X, et une majorité de terminaux Android sur le marché aujourd’hui, ont un bootloader sécurisé.

A propos plus spécifiquement de eFuse, cette dernière n’est pas là dans le but d’empêcher un terminal de fonctionner mais plutôt pour que l’on s’assure que le terminal ne fonctionne qu’avec des versions testées et mises à jour. Si un terminal tente de booter avec un logiciel inapproprié, cela déclenchera le mode recovery et il pourra redémarrer dés que le logiciel approprié aura été réinstallé.

Vérifier la validité du logiciel utilisé est une pratique répandue dans l’industrie pour protéger l’utilisateur des menaces potentielles d’un logiciel malveillant.

Motorola a longtemps plaidé pour les plate-formes ouvertes et fournit de nombreuses ressources aux développeurs pour consolider l’écosystème dont des outils et des accès aux terminaux via MOTODEV : http://developer.motorola.com. »

Motorola confirme donc le blocage du bootloader, cela dans le cadre de la sécurité et d’une meilleur expérience utilisateur. En effet eFuse bloquera bien le téléphone en cas de changement de ROM, mais non définitivement, seulement dans l’attente de la réinstallation d’une version officielle.

Cette décision est tout à fait compréhensible d’après moi, d’un point de vue économique. Néanmoins il faut alors que Motorola fasse un suivi assez approfondi du téléphone, en rassurant les utilisateurs vis à vis des mises à jours. Sinon il se pourrait bien que ce téléphone finisse comme le Galaxy i7500, oublié par le constructeur, sans possibilité pour les bidouilleurs Android de facilement réaliser leurs ROMs.
Néanmoins avec le ralentissement des mises à jours d’Android, annoncé par Google, on peut espérer le meilleur de Motorola…

Et vous, que pensez-vous de cette décision ? Cela va-t-il vous faire réfléchir si vous aviez prévu l’achat de cet androphone ? Est-ce une atteinte à la liberté véhiculée par Android ?