Vous n’avez pas pu échapper à cette actualité, cette semaine, Philae se posait sur la comète Tchouri. La sonde Rosetta, qui a lancé le module Philae, avait commencé son incroyable voyage il y a une décennie. Ces dix dernière années ont vu la naissance et le développement de nombreuses technologies, de quoi faire un véritable mini voyage dans le temps.

Back-to-the-Future

En 2004, FrAndroid n’existait pas. Et pour cause, l’OS Android n’était pas encore né, lui qui apparaît en 2007 seulement. En 2004, la série F.R.I.E.N.D.S s’achevait à peine. En 2004, vous pouviez encore profiter du Bigdil et de l’humour incompris de Vincent Lagaf’. Voilà pour le coup de vieux.

Vous qui lisez peut être cet article sur votre smartphone, sachez que ceci aurait été bien compliqué sur votre Samsung SPH-V5400 de l’époque, téléphone révolutionnaire d’alors.

L’an 2004, le début de ce que l’on connaît aujourd’hui

Cette année semble si proche et pourtant si lointaine lorsque l’on jette un coup d’œil par dessus son épaule et que l’on s’aperçoit des produits de notre quotidien.  Et pourtant, nous étions à l’aube de ce qu’il est devenu aujourd’hui.

MySpace n’avait alors qu’un an, et était le réseau social à la mode. Aujourd’hui, celui-ci est enterré et Facebook danse sur sa tombe. C’est justement en cette année 2004 que Mark Zuckerberg a créé ce service qui rassemble aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs. Un autre service lancé il y a une décennie, et non des moindres, Google Maps. A l’époque, il n’était disponible qu’aux États Unis et au Canada, mais Google commençait alors à se diversifier et ne plus se contenter d’être un moteur de recherche.

Sans titre-2

Téléphone et non smartphone

Même si les smartphone existent « officiellement » depuis 1992 et l’IBM Simon, ce terme n’est pas connu du grand public. A l’époque, on parle simplement de téléphone portable, et les fonctions que celui-ci offrait étaient alors très limitées par rapport à celles qui nous accompagnent quotidiennement aujourd’hui. Perdu dans la rue ? Vous n’imaginez pas sortir votre GPS et alliez plutôt demander au commerçant du coin votre chemin.

Souvenez-vous de ce téléphone, qui tenait largement dans votre poche. Avec vos clés, votre portefeuille et votre paquet de mouchoirs. Oui, en 2004, plus le téléphone était petit, meilleur il était. Oublier son chargeur en partant au boulot n’était pas dramatique. Vous pouviez bien attendre encore 3 jours avec ces 50 % de batterie restants.

Ce qu’il se faisait de mieux alors était le Samsung SPH-V5400 ou encore le Nokia 6620. Le premier était précurseur puisque premier téléphone portable avec une mémoire interne de 1,5 Go, s’il vous plait ! Il faisait également MP3, livre électronique et proposait même un dictionnaire anglais/coréen. 

Le Nokia 6620 était plus sobre, avec son appareil photo de 0,3 mégapixels, sa compatibilité Bluetooth (certainement pas 4.0) et son impressionnante batterie de 850 mAh.

nokia-6620-1

Software Freedom Day

2004 est également l’année de création d’une journée internationale, la Journée du logicielle libre. Elle a pour but d’initier le public au logiciel libre et ce à l’échelle mondiale. Cette journée est sponsorisée par Google qui milite dans ce sens, notamment avec Android qui est basé sur un logiciel open source, Linux.

Pour en savoir plus sur cette journée, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia qui lui est consacrée.

Et vous ?

Et vous, en 2004, où en étiez vous dans votre vie technologique ? Quel téléphone vous accompagnait tous les jours ?