Maintenant que l’effervescence autour de ce kit de développement est passée, il est temps de se pencher sur ce qu’il a réellement dans le ventre et ce qu’il permettra véritablement de faire.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on est franchement déçu par ce SDK qui n’ouvre finalement que très partiellement les grandes capacités de l’iPhone

Nous passons sur le fait que l’on ne puisse pas toucher à la carte SIM, ou encore faire de la VoIP sur le réseau GSM car nous estimons que ces limitations font sens. En revanche, la documentation Apple indique que les applications de tierce-parties (celles développées avec le SDK donc) ne peuvent être exécutées qu’une par une. Il est impossible de lancer deux applications en même temps.

Cette limitation va à l’encontre de ce qui est d’usage en systèmes embarqués, à savoir qu’une application ne se ferme que si la mémoire vient à manquer. Pour vous en convaincre, lancer un gestionnaire de tâches (si vous en avez un) sur votre Windows Mobile ou votre Symbian : toutes les applications, ou presque, que vous avez lancées sont encore ouvertes. Si cela représente un gain en performance lorsque vous « lancez » à nouveau une application, c’est aussi parfois simplement indispensable lorsque par exemple, vous voulez passer du surf 3G au surf Wifi sans fermer votre navigateur (le gestionnaire de connexion étant une application).

Dans la même veine, il est parfaitement impossible pour une application développée avec le SDK d’être exécutée en arrière-plan. Cela signifie notamment que si vous recevez un appel, un SMS, ou autre, l’application que vous utilisiez sera quittée. GPS ou téléphone, il faudra choisir.

Ces limitations sont documentées dans le document de référence à destination des développeurs. C’est un document public, mais compte tenu du fait qu’il faut s’enregistrer sur le site d’Apple pour y avoir accès, Techcrunch a mis ce document à disposition d’un plus large public.