Qualcomm, par le biais d’un post sur son blog en date du 6 janvier, a annoncé l’intégration de Safe Switch sur ses SoC Snapdragon 810. La fonctionnalité permet notamment d’effacer les données à distance, mais aussi de les récupérer si le mobile est retrouvé.

security-solutions

L’année 2014 aura été marquée par l’avancée des mesures de sécurité dans le monde du mobile. Plusieurs évènements, tels que la surveillance de la NSA, en sont à l’origine, et les différents logiciels (iOS et Android) se sont dotés de protections supplémentaires. Les utilisateurs d’Android ont aussi l’habitude d’utiliser Android Device Manager, en cas de perte ou de vol d’un mobile, qui permet de verrouiller à distance son smartphone ou d’en effacer le contenu. Mais bien souvent, les voleurs trouvent des parades, peuvent remettre le mobile sur le marché, et laissent en plus un affreux doute à l’ancien propriétaire sur ce que sont devenues les données (messages, photographies, vidéos…). Dans le cas où un mobile est retrouvé, l’action d’effacer les données à distance est irréversible et les personnes n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Mais c’était sans compter sur Qualcomm, qui a proposé une belle avancée technologique dans le domaine de la sécurité des mobiles. En effet, le fondeur vient de présenter il y a quelques jours – et pour la seconde fois – sa fonctionnalité Safe Switch, qui permet aux utilisateurs « de mettre hors de service leurs dispositifs au cas où ils sont perdus ou volés et les réactiver ensuite dans le cas où ils seraient retrouvés ». Couplé à un logiciel, il permet comme Android Device Manager de bloquer le smartphone à distance, de mettre en place un mot de passe, mais aussi d’effacer le contenu. La véritable nouveauté se trouve ailleurs : il est possible de récupérer les données qui étaient présentes dans le terminal s’il est retrouvé ! Qualcomm ne précise pas exactement le procédé, mais il serait intéressant d’avoir de plus amples informations. S’il est possible de récupérer ses propres données, un spécialiste ne peut-il pas également le faire ?

Cette technologie avait été une première fois annoncée en septembre 2014, mais elle est enfin intégrée aux processeurs Snapdragon 810. Pour l’heure donc, seul le LG G Flex 2 en est équipé, mais tous les flagships de 2015 devraient pouvoir l’utiliser.