Présente à chaque grand événement mobile, la marque Nubia se montre aux yeux de tous auprès des produits de sa maison-mère, ZTE, sans pourtant parvenir à s’exporter au-delà de la Chine. D’après le vice-président de la marque, il faudra pourtant compter sur un premier terminal en Europe dans le courant de cette année.

Nubia

Le Hall 3 du Mobile World Congress fait partie des plus animés. On y retrouve les incontournables Samsung et Sony, face à un Microsoft reprenant l’emplacement traditionnel de Nokia et, au centre de ce gigantesque pavillon, Huawei et ZTE, éternels rivaux situés face à face. Si le premier s’est assagi, peut-être la faute à son expansion en Occident et à son lancement de la marque Honor, on retrouve toujours chez ZTE une ambiance doucement kitsch à base d’hôtesses en robes de cocktail, de shows de pompom girls et de musique bruyante. Se cache pourtant dans ce tumulte le discret Felix Fu, vice-président de la marque Nubia, que nous avons rencontré.

Car si Huawei met en avant sa marque Honor sur son stand, ZTE procède exactement de la même manière avec sa marque Nubia, lui réservant une partie de son espace et montrant ses appareils au plus grand succès. Toutefois, il ne s’agit pas ici d’une marque en ligne, visant les jeunes et proposant des terminaux d’entrée de gamme, mais plutôt d’une franchise qui se veut premium.

 

« Nous nous différencions par le logiciel, surtout dans les fonctions photo »

Felix Fu adore ses produits, et montre avec une fierté visible le certificat que lui a délivré le planétarium de Pékin pour une photo de la Voie lactée réalisée avec un Nubia en 2014. Pas la peine de chercher bien loin pourquoi il présente aussi aisément un document aussi peu courant aux journalistes qu’il croise à Barcelone : c’est avant tout les capacités photo de ses smartphones qu’il préfère montrer. Sur l’appareil qu’il s’apprête à nous présenter, c’est d’ailleurs ce qu’il présente en premier, oubliant même de préciser quel capteur est intégré à son appareil. Non, ce qui l’intéresse, c’est bien le logiciel développé par ses équipes, à savoir une application Camera permettant de retrouver des réglages avancés (« Pro ») comme les avait présentés Nokia sur son Lumia 1020, voilà maintenant près de deux ans.

nubia-26

La mise au point et l’exposition peuvent être séparées.

nubia-8

Les différents modes de prise de vue.

Nubia Z9 Max

Les réglages manuels du mode « Pro ».

Sur l’écran s’affichent ainsi diverses molettes virtuelles permettant au mobinaute-photographe de régler manuellement l’ouverture, la balance des blancs et quelques autres éléments qui intéresseront les passionnés de photo mobile. La mise au point (touchfocus) est séparée de l’exposition, ce qui permet à l’utilisateur de choisir quelle zone de son cliché sera la plus éclairée indépendamment de la netteté du sujet. Il est de surcroît possible de choisir des modes de prise de vue parmi les divers réglages intégrés à l’app. On retiendra peut-être en priorité la fonction « Electronic Aperture » qui, pour peu que l’on combine le téléphone à un trépied, permet de définir le temps de l’exposition et de réaliser, par exemple, du light painting. Pour mieux convaincre, Nubia a d’ailleurs fait appel aux services de jeunes photographes espagnols spécialisés dans ce type de clichés pour qu’ils fassent la démonstration de ce potentiel aux visiteurs du stand. On vous épargnera le résultat, convaincant toutefois en termes de gestion de la lumière.

 

Vers un lancement du Nubia Z9 Max en Europe

Nous ne nous sommes pas entretenus avec Felix Fu pour le seul plaisir de papoter photographie avec un passionné utilisant un smartphone que l’on ne verra jamais dans nos contrées. Car si le lancement de Nubia en Europe a été prévu il y a plus d’un an et a avorté entre temps, il est de nouveau à l’ordre du jour. Le responsable de la marque compte ainsi commercialiser un tout nouveau téléphone, qui ne sera annoncé en Chine que dans le courant de ce mois de mars, et qu’il nous assure proposer « plus tard en Europe », soit dans les prochains mois. L’appareil en question est prend le nom de Nubia Z9 Max,un grand smartphone qui devrait être commercialisé autour des 400 euros. Pour une marque inconnue au bataillon chez le commun des acheteurs français, la fille de ZTE vise un segment où bataillent des marques établies depuis de longues années. Mais comme la photographie, la confiance semble être inscrite dans l’ADN de Nubia. Après tout, la première dame de Chine ne s’affiche-t-elle pas avec son Nubia lors de ses apparitions publiques ?

nubia-12

Un dos en verre, avec la petite touche de rouge caractéristique des Nubia.

nubia-17

Nubia Z9 Max

Prolixe sur le sujet de la photo, Felix Fu s’est montré plus avare en détail au sujet des caractéristiques exactes de son Nubia Z9 Max. L’appareil, fin et sobre, présente un design qui rappellera les anciens iPhone ou les Xperia de Sony, avec un dos en verre anti-rayures et des contours en métal. A l’intérieur, on retrouvera un SoC Qualcomm Snapdraogn 810 (parions sur 3 Go de RAM), un capteur photo de 16 mégapixels BSI signé Sony dont on ne saura rien de plus pour le moment, et un écran Full HD de 5,5 pouces signé Sharp. Son logiciel surprend, puisque les touches de navigation sensitives ne sont pas rétroéclairées, et qu’il faut réaliser un swipe vers le haut pour faire apparaître certains raccourcis. Le tout fonctionne sous Lollipop et l’on imagine sans peine que Nubia reverra quelques éléments de son interface lorsqu’il s’agira de le lancer en Europe.

 

Revenir par la porte du premium

ZTE semble chercher à amorcer un changement d’image par le biais d’une marque plus aboutie, au rayon du design comme du logiciel, que les smartphones à son propre nom. C’est forcément plus enthousiasmant qu’une énième déclinaison de l’iPhone 6 comme l’est le ZTE Blade 6, pourtant présenté à quelques pas des gammes Nubia, et que les rares smartphones ZTE lancés ces 18 derniers mois, souvent décevants.

A la peine sur la scène internationale où il n’apparaît plus dans le top 5 des vendeurs de smartphones, ZTE est désormais dépassé de loin par son frère ennemi Huawei aux 75 millions de smartphones écoulés en 2014. Celui qui était numéro 5 des vendeurs de smartphones à l’échelle internationale au dernier trimestre 2012, n’apparaît plus au classement deux ans plus tard, notamment dans l’étude de Gartner publiée tout début mars. Cela ne signifie pas pour autant que ZTE vend moins de smartphones (la marque a écoulé 20 millions de Blade en 2014), mais plutôt qu’il n’a pas crû aussi vite que ses compétiteurs – on pense notamment à Xiaomi, qui occupe désormais cette cinquième place – sur un marché dont le volume a dépassé le milliard d’unités dans l’année, pour le seul système d’exploitation Android. Du moins ZTE bénéficie-t-il d’une présence de longue date sur les marchés extérieurs à la Chine, ce qui pourra l’aider dans sa démarche d’expansion d’une nouvelle marque en termes commerciaux. Le nom de Nubia quant à lui, méconnu du grand public, pourra s’appuyer sur une distribution facilitée pour mieux se créer une image toute neuve.