En septembre 2014, Nvidia attaquait Qualcomm et Samsung pour violation de brevets relatifs aux GPU. L’affaire vient de prendre un nouveau tournant puisque la première étape du procès vient d’avoir lieu.

NVIDIA-Grid

Aux Etats-Unis, les procès portant sur les brevets ont un fonctionnement particulier. Dans un premier temps, le juge tranche les questions de droit un peu techniques tandis que dans un second temps, un jury tranche la question de fait. Dans le cas présent le jury devra donc décider si oui ou non, Samsung et Qualcomm ont violé des brevets appartenant à Nvidia. Pour faciliter la réponse à cette question lors du jugement en juin prochain, un juge a déjà répondu à quelques questions. Cette phase du procès permet au juge de définir les termes des brevets litigieux ainsi que leur portée. Une étape importante qui permet de guider la suite du procès. Celle-ci pourrait bien être en faveur de Nvidia.

En effet, dans un billet de blog, la société a annoncé que la décision rendue par le juge Thomas Pender était favorable à la position de Nvidia dans 6 des 7 demandes. Le juge et Nvidia partagent donc la même vision sur 6 des 7 brevets incriminés. Mais tout n’est pas si rose pour Nvidia.

En effet, dans le second procès qui oppose le spécialiste des GPU à Samsung (suite à une plainte déposée par le géant coréen en novembre dernier), le juge a refusé la requête de Nvidia. Celle-ci aurait permis au procès de se dérouler en Californie et non pas en Virginie. L’objectif était de ralentir la procédure puisque la justice de Califonie est réputée pour être plus longue à rendre ses jugements. Pour rappel, Samsung avait pu saisir la justice de Virginie puisqu’elle avait intégré à la plainte la petite entreprise virginienne Velocity Micro. Une manoeuvre permettant au contraire d’accélérer la procédure. Bref, un jeu judiciaire dont on se passerait bien.