C’est aujourd’hui que sort la première version d’Opera Mini sur Android, et c’est sur l’Opera Labs que Chris Mills décrit la construction du projet étape par étape : les difficultés, les solutions…

operamini_logo.jpg

L’équipe d’Opera a été enthousiasmée par Android, « nous avons été très enthousiasmés par les possibilités qu’il présente, et nous avons jugé qu’il serait très positif de réaliser un Opera Mini sur cette plate-forme, cela donnerait aux développeurs un plus grand choix de navigateurs« , mais aussi parce que le navigateur d’Opera transcode les pages en format binaire OBML (Opera Binary Markup Language, qui permet de rendre le transfert plus rapide grâce et plus accessible). Ce procédé est bien sur à comparer avec la méthode du navigateur Webkit d’Android, qui possède un proxy qui transcode les pages en HTML simple. En pratique, nous ne pouvons pas encore estimer si la différence sera véritablement notable.

1.jpg

Pour télécharger Opera Mini, c’est par là.

L’équipe de développement d’Opera Mini est parti du code de base. Ce qui a permis d’économiser pas mal de ressources et sûrement du temps. Ils ont du donc créer un wrapper qui traduisait les requêtes API de Java ME (essentiellement MIDP) en requêtes pour API Android. L’outil utilisé a été MicroEmulator – il s’agit d’une application open-source (LGPL) ME de Java qui s’exécute sur le dessus de Java SE. La plate-forme Android est similaire à Java SE, à l’exception de plusieurs bibliothèques normalement incluses dans Java SE (comme AWT / Swing – celles-ci sont exclues, car elles seraient probablement trop lourdes à s’intégrer dans un environnement embarqué). Il a donc été assez simple de faire touner MicroEmulator sur Android.

operammm.jpg

Comparaison à gauche le navigateur Webkit et à droite Opera Mini

Les problèmes rencontrés par Opera ont été nombreux, mais comme vous allez voir rien d’exceptionnel en comparaison du développement d’application sur environnement embarqué. Tout d’abord, la collection est nouvelle et peu décrite, et les communautés sur Internet sont assez récentes et la documentation peut manquer. Il faut aussi considérer que Android n’est pas encore finalisé, avec les mises à jour du SDK, arrivent donc des corrections (d’API) qui obligent les équipes de développement à revoir leur code au fur et à mesure. Et malheureusement, il n’y a que des prototypes qui permettent de faire fonctionner des applications sur du matériel, et ces prototypes sont assez rares.

4.jpg

Opera espère que des versions du SDK améliorées sortiront, pour le moment vous pouvez télécharger et installer Opera Mini par ici.