Une semaine encore marquée par l’impact de la fameuse faille Stagefright, mais pas seulement. Entre des résultats financiers des constructeurs pour le deuxième trimestre qui finissent de tomber et l’annonce de quelques produits, avant la cohue de l’IFA, on sent bien que les vacances ne concernent pas tout le monde. Voici ce qu’il ne fallait pas manquer durant cette semaine du 3 août.

Stagefright fait trembler le monde d'Android

LG stagefright

C’était l’actualité marquante de la semaine dernière, cette faille d’Android baptisée Stagefright, qui permet de prendre le contrôle à distance d’une très très large partie du parc de terminaux Android. Entre la publication de factory images corrigeant la faille sur la plupart de Nexus, puis la publication d’une mise à jour desdits terminaux, la semaine a été aux correctifs. Google a ainsi annoncé qu’il procèderait à des mises à jour de sécurité mensuelles, et Samsung ou encore LG ont fait de même, quand Alcatel One Touch annonçait un correctif pour son Idol 3. On devrait encore parler de cette affaire dans les prochaines semaines, Stagefright se transformant en catalyseur des craintes que fait naître l’OS de Google.

Le Samsung Galaxy Note 5, connu avant l'heure

Galaxy-Note5-Nillkin-05

Ce n’est pas franchement une nouveauté de la semaine, mais force est de constater que le Samsung Galaxy Note 5 est la star des rumeurs entourant les projets du Coréen. On sait désormais qu’il sera présenté lors de l’Unpacked Event du 13 août prochain, en même temps qu’un Galaxy S6 EDGE+ et qu’une mystérieuse tablette, mais aussi qu’il devrait être disponible à partir du 25 août. Des visuels en fuite montrent son design comme son stylet, et les derniers leaks en provenance d’Evan Blass font état d’un écran de 5,7 pouces QHD, d’un Soc Exynos 7420 à 2,1 GHz et de deux appareils photo de 16 et 5 mégapixels. Très exactement ce que l’on attendait, en somme, à une exception : le téléphone se contenterait d’une batterie de 3000 mAh, alors que l’on espérait un peu plus.

Apple, développeur pour Android ?

1410071188000-AP_APPLE_COOK_S_FIRST_YEAR_53124145

De « nouveaux produits » pour Android, voilà ce qu’Apple serait prêt à créer. La Pomme, qui travaille par ailleurs sur la mouture Android de son service Apple Music (qui recense tout de même 11 millions d’abonnés sur iOS), a publié une annonce pour un emploi pour le moins mystérieux, et surtout séparé du poste réservé à son offre de streaming musical. On ne sait pas exactement de quoi il retourne, mais il semble bien que Cupertino, comme le fait Microsoft, cherche à poser le pied sur les plateformes de son voisin, pour mieux en récupérer les clients. D’aucuns espèrent déjà qu’Apple propose une version Android d’iMessage ou de FaceTime : les prochains mois nous diront s’ils ont vu juste.

HTC dans le rouge

htc logo

C’est une mauvaise nouvelle, mais à laquelle on s’attendait plus ou moins. Après une poignée de trimestres où la marque a engrangé de maigres bénéfices, HTC renoue avec les pertes au 2e trimestre 2015, avec plus de 200 millions d’euros de déficit. En cause, les ventes décevantes du One M9 (voir son test) qui, s’il a convaincu en termes de design, a souffert d’une rude concurrence et d’un Snapdragon 810 aux performances plus que discutables. Le Taïwanais se rattrape légèrement sur l’entrée de gamme et compte bien redresser la barre en s’appuyant sur des objets connexes, essentiellement son casque de réalité virtuelle : le Vive. Celui-ci devrait se montrer avant la fin de l’année.

Le retour des smartphones à clapet

lg wine smart 3

C’était un peu l’inattendu de la semaine. Les smartphones à clapet étaient jusqu’alors de doux souvenirs datant de l’époque où un téléphone portable servait uniquement à passer des appels et à envoyer des SMS. Pourtant, ces dernières années, Samsung comme LG ont rivalisé en Asie, lançant des smartphones à clapet sous Android de plus en plus perfectionnés. Ils n’étaient en revanche pas voués à quitter le continent asiatique, jusqu’à cette semaine. LG, qui avait officialisé un terminal baptisé Gentle quelques jours plus tôt en Corée, indique sa sortie ce mois-ci en France sous le nom de Wine Smart. Facturé 219 euros quand même (un prix relativement élevé quand on voit les modèles accessibles à moins de 200 euros au format classique), le téléphone propose un écran de 3,2 pouces de 480 × 320 pixels, un SoC quad-core à 1,1 GHz, 1 Go de RAM, 4 Go de stockage, un appareil photo de 3 mégapixels et l’OS Android Lollipop en version 5.1. Oui, mais avec des touches numériques et le petit plaisir de raccrocher en fermant son téléphone d’un clap sonore. Et ça, ça n’a probablement pas de prix.

En attendant le Z5, du nouveau chez Sony

Sony Xperia M5

À peine annoncé, voilà que le le Xperia M4 Aqua a déjà un successeur : le Xperia M5. Et celui-ci ressemble comme deux gouttes d’eau à son prédécesseur, si ce n’est qu’il perd l’étanchéité au profit de bordures d’écran affinées… et troque son Snapdragon 615 contre le tout récent Helio X10 de MediaTek, couplé à 3 Go de RAM. Ce M5 flirte avec le haut de gamme, un peu plus que le Xperia C5 Ultra, annoncé en même temps. Ce dernier arbore un écran Full HD de 5 pouces, sous lequel on retrouve un MT6752 toujours de MediaTek, 2 Go de RAM et deux capteurs photo de 13 mégapixels viennent assurer ses capacités photo. Son prix, quant à lui, est fixé à 399 euros, pour une sortie avant la fin de ce mois d’août. Pour mieux laisser le champ libre aux Xperia Z5 et Z5 Compact ? Il faudrait les attendre à l’IFA de Berlin, à en croire les fuites d’images qui se sont multipliées ces derniers jours.

Adidas rachète Runtastic

Adidas Runtastic

Il y avait bien eu des rumeurs, mais on ne pensait pas l’annonce si proche. Et pourtant c’est bien vrai, Adidas a bel et bien mis la main sur le géant des applications sportives Runtastic, et pour la coquette somme de 220 millions d’euros. L’Allemand, qui possède déjà des objets connectés (ses miCoach), ne dispose pas actuellement de l’expérience de son rival Nike dans le monde du sport connecté. Avec l’acquisition d’un expert en la matière, qui devrait en outre continuer à proposer ses services de manière indépendante, Adidas s’offre de quoi piquer un sprint particulièrement efficace. Il faudra donc rester attentif, l’an prochain et peut-être un peu plus tôt, aux applications estampillées Adidas.