Après le baladeur Galaxy Play 50, voici une prise en main sûrement très attendue : celle de la tablette Samsung Galaxy Tab sous Android. La Galaxy Tab, c’est la GROSSE annonce du salon IFA qui a lieu à Berlin en cette rentrée 2010.

La Galaxy Tab est complète !

Il ne manque rien à cette Galaxy Tab, on a beau décortiquer les caractéristiques de cette tablette, pas de failles !

Une compatibilité : GSM/ GPRS/ EDGE, 3G, un écran 7 pouces TFT-LCD en résolution 1024×600 pixels- WSVGA, un processeur Cortex A8 cadencé à 1,06GHz (plus puissant que le Galaxy S), un capteur 3 mégapixels avec auto-focus et flash à l’arrière, un capteur frontal 1,3 mégapixel comme webcam, un port microSDHC, deux slots SIM, WiFi 802.11n, Bluetooth 3.0, un gyroscope, un accéléromètre, une boussole, un capteur de lumière, 16 ou 32Go de mémoire interne, 512Mo de RAM, son 5.1 Sound Alive 3D et d’une batterie 4000mAh capable de tenir la charge 7h en lecture vidéo.

Ses dimensions sont de 19 × 12 × 1,19 cm pour un poids de 380 grammes. Je l’ai trouvé un peu trop épaisse à mon gout, mais ses dimensions très réduites, difficile de fabriquer un produit plus réduit sans le rendre plus fragile. En tout cas, elle se tient bien en main (sans s car elle tient dans une seule main).

Visuellement, la tablette Galaxy tab est sobre, des contours noirs à l’avant et plastique blanc brillant à l’arrière.

L’écran n’est pas AMOLED pour des raisons technologiques et de coûts, néanmoins la technologie TFT-LCD est arrivée à maturité et rien à dire concernant les contrastes, angles de vision ou encore la luminosité. Cet écran est tactile multi-points, très bonnes performances néanmoins il faudra attendre le test pour avoir plus de précisions sur les limites de écran.

Equipée d’Android 2.2, la Galaxy Tab sera mise à jour sous les prochaines versions, Samsung me l’a assuré (Android 2.5 très bientôt selon les responsables de la marque). Elle intègre aussi une interface assez proche du Galaxy S, l’interface TouchWiz de Samsung, mais elle cette fois plus « light ». Exemple, il n’y a pas de dock d’applications sur les écrans bureau. Nous retrouvons donc de l’Android un peu plus pur que sur la gamme Android de Samsung.

Gros point positif, la Galaxy Tab est la première tablette à proposer l’Android Market et donc l’accès à plus de 75 000 applications. Après quelques tests, les applications qui n’ont pas été développées sur cette résolution bien plus grande que nos smartphones, s’en sortent très bien.

L’offre d’applications pré-installées est très complète : bureautique, multimédia (partenariat avec Video Future), jeux vidéo (nombreux jeux Gameloft pré-installés dont Asphalt 5 ou encore Nova)…

Il important de noter pour une tablette tactile que la Galaxy Tab lit nativement jusqu’en 1080p (HD) des forfaits très divers : DivX, XviD, MPEG4, H.263, H.264…

Nous avions vu que différents accessoires seront disponibles, j’ai pu prendre en main la pochette qui sera probablement vendue avec l’appareil, bonne finition et différents coloris (marron, noir).

Il y avait aussi la station d’accueil (dock) avec le clavier intégré complet AZERTY de type chiclet qui permet de recharger la tablette. il intègre aussi une sortie jack 3,5mm pour brancher la tablette à des enceintes et un port PDMI (pour la sortie TV sûrement).

Pourquoi une tablette 7 pouces ?

J’ai interrogé deux salariés Samsung dont le chef de produit de la Galaxy Tab sur la raison d’avoir lancé une tablette de 7 pouces lorsque la plupart des tablettes possèdent un écran 10 pouces :

La première raison qui me semble la plus logique, c’est une raison technique : pour être signée par Google, la tablette ne devait pas dépasser 7 pouces. Au-delà, la tablette n’aurait pas intégré les logiciels Google (GMail, GTalk) ainsi que l’Android Market. Une limite qui sera poussée dans les prochaines versions d’Android.

Pour Samsung, le choix d’une tablette 7 pouces s’explique sur leur volonté d’avoir un produit mobile, la Galaxy Tab serait donc une tablette ultra-mobile. L’autre raison à demi-dévoilée, vient du fait que Samsung souhaitait une position différente de l’iPad d’Apple.

Moitié de l’iPad

On comprend bien que ce produit est bien différent de l’iPad, il tient dans une seule main et peut rentrer certaine grande poche dont les poches de costumes ou dans les sacs des mademoiselles. Effectivement, j’ai observé une dizaine de personnes prendre en main cette tablette, homme ou femme, la tablette est tenue par une seule main. Cela la rend bien sûr bien plus mobile que l’iPad, conséquences ? C’est une tablette qui est plus facilement de sortie dans les salles d’attente, au restaurant… et lors de déplacement : à pieds, dans la voiture comme GPS ou encore dans le métro.

Il y aura sûrement une version de 10 pouces dans un futur plutôt proche, néanmoins nous pouvons certifier que 3 pouces change rapidement le comportement des utilisateurs. L’iPad est un produit assez peu nomade, elle s’est installée sur nos lits, nos canapés et certaines fois dans les toilettes. La Galaxy Tab aura sa place dans nos grandes poches, nos sacs à main ou encore dans nos attachés-case.

Pourquoi la Galaxy Tab est-elle si chère ?

Vendue à 699 euros en version 8 Go, la Galaxy Tab se positionne comme un produit de luxe. Cette approche est utilisée lorsqu’il existe un avantage concurrentiel sensible. Alors comment expliquer ce prix assez élevé ? Il existe plusieurs approches du prix, mais nous pouvons essayer d’analyser deux des principales approches :  les coûts, la demande et la concurrence.

L’approche par les coûts consiste à majorer le coût de revient d’un pourcentage déterminé, il faut néanmoins prendre garde à ce que le prix ainsi fixé ne décourage pas les consommateurs.

La demande (élasticité de la demande par rapport aux prix), en connaissant parfaitement les élasticités/prix, Samsung a chiffré la demande très précisément et a pu établir ce prix. Il faut savoir que les quantités demandées varient en sens inverse car lorsque le prix monte les quantités demandées sont plus faibles. Mais cette approche n’est pas si logique lorsque nous connaissons les chiffres de vente de Samsung.

Quant à la concurrence, l’idée est ici de se référer aux prix pratiqués par les concurrents. Lorsqu’il existe un leader sur le marché (l’iPad avec Apple), Samsung a positionné son prix et a eu le choix entre : soit vendre plus cher (stratégie d’image) soit de vendre moins cher (guerre de prix). Lorsque l’on compare les produits, ils sont assez proches.

Par contre son positionnement est ambigu et la Galaxy Tab possède des fonctionnalités de téléphonie, elle peut être utilisée comme smartphone. Personnellement, je l’aurai appelée Smartpad, à la chevauchée entre le smartphone et la tablette (pad). La Galaxy Tab a donc un atout non négligeable face à l’iPad, elle peut être subventionnée par les opérateurs. Les opérateurs historiques comme Orange ont d’ores et déjà prévu de la commercialiser entre 200 et 300 euros avec un engagement associé à un forfait de type smartphone (entre 40 et 50 euros).

Le premier dock

Un problème vient du fait que psychologiquement, utiliser un appareil de cette taille comme téléphone ne rentre pas dans la logique de comportement que l’on a connu dans le passé : la miniaturisation. Néanmoins, nous avons remarqué que certains appareils que j’aurai pu appeler Smartpad se vendent comme des téléphones bien qu’ils soient plus gros, c’est le cas de la Dell Streak sous Android. Présentée comme une tablette, Phone House la vend comme un smartphone et les retours sont bons pour le moment. Cela laisse envisager qu’il y a un marché pour ces appareils chez les opérateurs.

L’autre solution serait de proposer des offres comprenant un téléphone assez basique associé à cette tablette avec des cartes SIM jumelles. Je ne sais pas si cela rentre dans la politique et la stratégie des opérateurs qui vont sûrement vouloir augmenter le nombre d’abonnements, logique il faut vendre.

Conclusion de la prise en main

La Samsung Galaxy Tab est un produit très complet et bien fini, Samsung va rapidement mettre le parc dans la campagne de communication qui accompagnera la sortie de la tablette prévue en octobre en France à 699 euros en version 8 Go.

Comme je l’ai évoqué, le positionnement de la tablette que l’on pourrait placer entre le smartphone et la tablette semble assez bon, bien que son prix soit au-dessus du prix psychologique.

Personnellement, au lieu de 699 euros, cette tablette devrait être commercialisée à 599 euros et intégrer directement la station d’accueil. Néanmoins, les opérateurs semblent bien l’accueillir et ils devraient être des alliés de poids pour Samsung.

Sans aucun doute, la Samsung Galaxy Tab se vendra. Vivement que l’on puisse avoir une version finale de la Galaxy Tab pour vous écrire un test complet.