Certes, cette semaine était celle de l’attente – celle de la prochaine conférence de Samsung dédiée au Galaxy Note 7, prévue le 2 août. Mais pas seulement, puisque le Coréen et ses concurrents ont présenté leurs derniers résultats financiers, quand le reste du monde mobile était rivé à Pokémon Go et Prisma. Retour sur une semaine truffée d’annonces.

Les résultats financiers du 2e trimestre

DesignSamsung_GalaxyS7_Part2_8

C’était la semaine des résultats financiers pour le deuxième trimestre de l’année 2016. Une période généralement cruciale, puisqu’elle est celle des principales sorties de smartphones, après le Mobile World Congress organisé en fin d’hiver.

À ce petit jeu, et sans véritable surprise, Samsung sort gagnant, avec un succès de sa branche mobile entrainée par le Galaxy S7, et des bénéfices en hausse. En revanche, la prise de risque de LG, qui présentait un G5 au design modulaire à l’occasion du même salon, n’a pas été récompensée : le compatriote de Sammy pointe les faibles ventes de l’appareil à l’occasion de la publication de résultats plutôt moroses. On notera néanmoins que Sony, à la peine ces derniers mois, voit sa division mobile cesser de perdre de l’argent. Quant à Google, ou plutôt Alphabet, il présente un trimestre réussi, où les revenus publicitaires ont excellé.

Xiaomi veut concurrencer les MacBook d'Apple

Xiaomi Mi Notebook Air

Semaine faste pour Xiaomi, qui présentait non seulement un nouveau smartphone, le Redmi Pro, mais aussi et surtout le Mi Notebook Air, un rival assumé au MacBook d’Apple. L’appareil, qui présente un boîtier en aluminium, se décline en deux formats (13,3 pouces et 12,5 pouces), excède à peine le kilogramme et mise sur un Intel Core i5 ou un Core M3, 4 à 8 Go de RAM et un SSD de 128 à 256 Go de RAM. Un produit qui ne sortira probablement jamais dans nos contrées, mais qui pourra être importé à un prix situé autour de 500 euros.

Pokémon Go, un succès et un écosystème

pokemon go frandroid

Succès oblige – on parlait, en début de semaine, d’au moins 50 millions de téléchargements rien que sur Android – Pokémon Go est sur toutes les lèvres. L’UFC-Que Choisir s’est d’ailleurs penché sur le cas du titre de Niantic Labs, auquel il reproche une curiosité un peu trop importante à son goût, mais aussi d’inciter ses joueurs à se mettre en danger.

Reste que non seulement Niantic compte bien aller beaucoup plus loin que ce que propose actuellement Pokémon Go, et que les outils autour du jeu se développent, à l’image de Poké Live. En revanche, le bracelet Pokémon Go Plus, lui, ne verra pas le jour avant le mois de septembre.

BlackBerry revient dans le monde d'Android avec le DTEK50

DSC09950

On l’attendait, ce BlackBerry. Un smartphone reprenant la plupart des caractéristiques de l’Idol 4 d’Alcatel, très logiquement puisque TCL (la maison-mère d’Alcatel) est en charge de la fabrication de ce BlackBerry DTEK50. Un smartphone de milieu de gamme, avec son écran Full HD de 5,2 pouces, son Snapdragon 617 adossé à 3 Go de RAM, son appareil photo de 13 mégapixels et sa batterie de 2610 mAh. Mais surtout, ce DTEK50, que nous avons pris en main, mise sur la solution de sécurité maison DTEK , associée à Android Marshmallow.

Prisma, l'application à la mode

prisma-essais

Prisma, c’est l’application du moment – si bien que ses serveurs sont la plupart du temps surchargés, et qu’il est souvent bien difficile de l’utiliser. Reste que cette app de retouche photo, qui permet d’appliquer des filtres franchement poussés à ses clichés, est un outil original et efficace, que l’on vous conseille sans peine.

À lire : Prisma : comment supprimer les watermarks sur vos photos ?

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Cyanogen à la peine

cyanogenmod

Cyanogen, c’est la ROM (et sa distribution commerciale) en lumière en ce moment. Pas pour les meilleures raisons, puisque les médias américains rapportaient, en début de semaine, le licenciement de 20 % des effectifs de Cyanogen, notamment côté open-source, pour se concentrer sur le développement de ses applications. De quoi pousser Steve Kondic, à la tête de Cyanogen, à prendre la parole. Il a donc tenu à rassurer ses troupes, présentant CyanogenMod comme une ROM « qui marche », mais aussi à démentir le déplacement de ses activités vers les applications. Autant dire que l’avenir de la firme reste à définir clairement.