On parle beaucoup Nvidia ces derniers temps. Avec ce qui arrive, c’est un peu normal.

On apprend par HDBlog, que Nvidia a posté le code source (c’est quoi?) de sa puce Tegra, ce qui permet désormais aux développeurs d’adapter pleinement leurs projets à cette dernière.

En descendant un peu sur la page, on peut tomber sur la ligne Kernel tree for NVIDIA Tegra family SOICs on Android, qui vous mènera à cette publication.

Une bonne chose qui ravira beaucoup de développeurs dans un futur proche. Une autre bonne nouvelle venant de Blogeee, vient se hisser en plein dans cette nouvelle. Il y a encore quelques jours, nous parlions aussi Nvidia avec de futurs partenariats entre certains constructeurs, mais aussi de la future puce Tegra 3.

Et c’est pour dire, le géant semble à son tour se glisser tranquillement sur le marché des puces ARM, on apprend que HTC et Motorola auraient passé commande pour des puces Tegra 2, qui viendront sans doute s’offrir une place dans de futurs terminaux mobiles. Ce qui coïncide avec l’intégration de ces puces dès le 4 ème trimestre (voir légende ci-dessous).

nvidia-calendrier

Le constructeur ASUS aurait lui aussi confirmé sa commande, commande qui rejoint Toshiba avec le lancement de son smartbook AC 100, et n’oublions pas la tablette Folio 100 que nous avons récemment prise en main, qui est elle aussi équipée de l’architecture Nvidia Tegra 2, offrant un comportement tout à fait acceptable en utilisation.

nvidia-calendrier2

Petit rappel : La puce Nvidia Tegra 2 a la puissance d’une carte graphique GeForce 6/7, et d’après le constructeur, la Tegra 3 aura la puissance d’une GeForce 8/9

On a aussi MSI qui se tâte pas mal, qui observe sans trop se prononcer, mais qui prononcera sûrement un « oui » avec la fin de l’année, qui sait. On rejoint Pierre Lecourt sur cette déduction logique :

« Plus il y aura de produits annoncés, plus les développeurs se focaliseront sur le Tegra et essayeront d’en tirer meilleur parti. Si un équilibre se mets à s’installer entre programmes développés et produits disponibles, le public pourra suivre et investir dans un produit sous Tegra sans craindre de ne pas trouver une logithèque adaptée. »

Nvidia qui s’investit depuis sa première Tegra, et on le voit. On garde quand même en mémoire un constructeur assez frileux à sa première génération de puce ARM, mais qui change la donne sur la deuxième génération.

Je pense que Nvidia peut réellement trouver sa place sur le marché des puces ARM. Maintenant à voir, si de telles performances peuvent s’allier avec la longévité de nos batteries, même si on ne doute pas que de l’optimisation sera apportée, afin d’en profiter un maximum.

On espère que cette troisième génération de Tegra viendra poser définitivement son pied à l’étrier.