Le Khronos Group, responsable de l’API Vulkan a vu un ajout plutôt inattendu à la liste des matériels compatibles. Il s’agit de la Nintendo Switch. Cela en fait la première console compatible avec l’API.

nintendo-switch-nx-1

Le Khronos Group est un consortium industriel composé d’éditeurs logiciels et matériel responsable de la création des API OpenGL et plus récemment, Vulkan. Aujourd’hui, un nouvel appareil est déclaré comme compatible et supporté par l’API : la future console de Nintendo, la Switch. Une bonne nouvelle pour les développeurs et éditeurs voulant travailler sur cette console.

 

La Switch est maintenant compatible avec Vulkan

Dernier hardware certifié par le Khronos Group, la Nintendo est maintenant annoncée comme compatible avec Vulkan, mais aussi OpenGL 4.5, ainsi qu’Open GL ES, la version mobile de l’API OpenGL, utilisée au sein de certains jeux Android.

Cela signifie donc que la Nintendo Switch est la première console à supporter l’API Vulkan. La PlayStation 4, bien que ne disposant pas du support de Vulkan, bénéficie d’une autre API de bas niveau, appelé GNM. Quant à la Xbox One, celle-ci supporte l’API de Microsoft, DirectX 12. Ces API graphiques ont pour objectif de fournir aux développeurs un accès plus direct aux composants présents dans le système afin de gagner en performances, comme nous vous l’expliquions dans notre dossier consacré à Vulkan.

À lire sur FrAndroid : Vulkan : à quoi sert la nouvelle API graphique dédiée aux joueurs ?

 

Une bonne nouvelle pour les développeurs, à terme pour les joueurs ?

La nouvelle du support de Vulkan pour la Nintendo Switch ne change pas grand-chose aujourd’hui pour les joueurs, mais devrait faciliter grandement le travail des développeurs. C’est également une bonne nouvelle pour Nintendo qui veut s’assurer le support du plus grand nombre d’éditeurs et de studios de développement. L’apport d’API comme Vulkan, présent sur PC, sur Android, ou encore sur Linux rend ainsi plus simples et moins coûteux les portages entre les différentes plates-formes. On se rappellera que la Switch supportera également les moteurs Unity et Unreal Engine.

On se rappellera l’exemple de Project Cars, annulé sur la Wii U à cause des mauvaises performances de la console. On imagine que les meilleures performances de la Swtich couplées au support de Vulkan permettra de proposer plus de titres gourmands, et plus de portages.

On peut donc espérer qu’en favorisant des outils plus ouverts et plus familiers aux studios de développement on retrouvera à terme plus de jeux sur la Switch. De quoi éviter une désertion des éditeurs tiers comme sur la Wii U ?