Il est vrai que sur le site officiel de la marque, on a du mal à distinguer certaines caractéristiques du Motorola Defy, vu quelles ne sont tout simplement pas précisées.

Des spécifications qui nous chagrinent vu qu’on ne connait qu’une partie et que souvent l’utilisateur se focalise sur l’une d’entre elle, afin d’orienter son choix décisif vers tel ou tel appareil.

Celle dont on parle dans cet article, est la partie 3D du smartphone et plus précisément le chipset graphique (GPU). Jusqu’à preuve du contraire, tout s’oriente vers un GPU PowerVR.

Ces puces graphiques sont plus connues sur d’autres smartphones de Motorola, exemple: Droid X, Milestone… Ce type de GPU offre une expérience 3d accrue, permettant de multiplier jusqu’à 1.5x ses performances en comparaison à un Google Nexus One.

Un atout de taille qui peut faire sa différence, aux vues des caractéristiques techniques, qui se rapprochent presque d’un Galaxy S, il faut le dire, qu’on verra plus en détail dans les prochaines lignes.

On retrouvera 512 de mémoire RAM et 2 Go de mémoire ROM, dont 1 Go dédiée aux applications Android, ainsi qu’un processeur TI OMAP 3610 cadencé à 800 MHz (c’est de l’ARMv7, ce qui avance une compatibilité DivX assez large).

Vous remarquerez que la partie 2D/3D n’est pas précisée, mais ça va plus loin, puisqu’un lecteur d’android-hilfe a rapporté un benchmark fait avec Quadrant Standard Edition, qui a identifié la partie graphique comme étant un PowerVR SGX 530.

Voici les détails du benchmark:

GPU (OpenGL)
Vendor: Imagination Techonogies
Renderer: PowerVR SGX 530
Version: OpenGL ES-CM 1.1
Max texture units: 4
Max texture size: 2048
Max lights: 8
VBO: supported
Frame buffers: unsupported
Cube maps: supported
Texture combiners: supported
Crossbar combiner: supported

Un résultat de 1125 au score, contre une base de 1300 pour un Nexus One sous Android 2.2 (FroYo). Ce qui est bon à souligner, puisque l’appareil héberge nativement Android 2.1 (Eclair), et donc un score qui se colle aisément à un Droid X sous la même version avec un processeur qui, rappelons-le, fait 200 MHz de moins pour le Defy.

Ce n’est pas tout, le Neocore affiche un score de 41,3 fps, contre le Desire HD et Galaxy S qui eux, bloquent à 55 fps. Le jeu Need for Speed Shift est également très fluide et très jouable.

D’autres applications de benchmark ont également reconnu l’architecture comme étant un PowerVR SGX530. Le Score de GPU Benchmark: Absolute: 27488 , Relative: 19190 et le score de Nenamark1 est à 23.2 fps. Pour rappel, certaines particularités de ces applications sont expliquées sur cet article.

Je rappelle également que ce type de GPU est utilisé dans d’autres smartphones de la marque, par exemple les Motorola Milestone et Droid X qui sont équipés aussi d’un PowerVR SGX 530 ou encore le Galaxy S, qui à quant à lui un PowerVR un peu plus performant, le SGX 540.

Tout un paté pour une simple puce graphique ? Pas vraiment puisque à l’instant où ce smartphone devient encore plus intéressant, c’est au niveau de son prix nu, qui à sa sortie sera à 350 euros chez The Phone House. Je confirme, la conseillère du stand avait fait écho d’un prix de 320 euros pour la version noire prévue en France. 😉

On a une porte ouverte aux adeptes du jeu sur mobile avec des caractéristiques, qui on l’espère se confirmeront pour la partie graphique. En tout cas, tout porte à le croire avec un smartphone de cette qualité, le prix est plus qu’honnête.

Merci au rapport de Michael B. que j’ai trouvé via GSMArena, sans qui je n’aurais pas pu assembler toutes ces informations.

Ne manquez pas nos articles sur le sujet :