Le 5 novembre 2007, tout le monde pensait que la conférence de presse de Google allait annonçer un téléphone made by Google … Eh bien non ! Il s’agissait de l’annonce d’un système d’exploitation basé sur Linux dénommé Androïd (ah non Android). Le premier téléphone ne sera lancé qu’un an plus tard (le 23 octobre 2008) par HTC.

Cette annonce intervient quelques jours après le lancement du smartphone d’Apple, l’iPhone qui va démocratiser l’utilisation des smartphones.

3ans android

Beaucoup de personnes se sont posées des questions quant à l’ambition de Google. Pour quelle raison le géant de l’Internet et de la publicité en ligne venait investir sur le marché de la mobilité ? Beaucoup ont pensé qu’il s’agissait d’un moyen supplémentaire de vendre de la publicité. On entendait même parler d’un push de publicité … Mais il n’en fut rien !

Google, avec l’Open Hanset Alliance (consortium de société portant le projet Android – aujourd’hui 60 membres contre une trentaine en 2007), a réussi à s’imposer comme l’un des acteurs majeurs du monde mobile. Mais pas que ! Même Google ne s’attendait pas à ce que son système soit porté si rapidement sur des tablettes Internet, provoquant de nombreux problèmes d’adaptabilité et de longs discours sur la fragmentation ! Android allait il devenir le nouveau J2ME, avec les différents profils en fonction de tel ou tel matériel ? Après un gros effort de modification du système (qui n’est pas encore terminé) la preuve en est qu’une seule et même application s’adapte (à charge pour le développeur de prendre en compte certains paramètres) sur des téléphones de différentes résolutions et au matériel divers et varié. En France par exemple, plus d’une trentaine de terminaux différents sont disponibles sur le marché et arrive un ras de marée autour des tablettes PC … Et bientôt les applications pourront également fonctionner sur votre téléviseur !

L’Android Market évolue également, dans le bon sens. Lancé en novembre 2008 aux États-Unis puis quelques mois plus tard dans certains pays Européens, la plate-forme de distribution des applications Android étaient très critiquée notamment par les développeurs : problèmes de piratage des applications, interface et ergonomie médiocres … Il aura fallu attendre la sortie de la version 1.6 d’Android pour obtenir une interface conviviale ainsi qu’une meilleure gestion des applications (notamment pour la gestion des erreurs) en version 2.0. Le market évolue également quant à son nombre d’applications et leur qualité … Exit en 2008 les applications 3D digne de ce nom ! Android ne disposait pas des fonctionnalités poussées permettant aux grands éditeurs de jeux de pouvoir créer (ou porter) leurs applications sur la plate-forme du petit bonhomme vert ! Là encore l’Open Handset Alliance a bien travaillé sur le sujet : Native Development Kit (NDK) et intégration de l’Open GL ES 2.0. Le NDK a été une avancée énorme pour les éditeurs de jeux : ils n’avaient pas à recoder intégralement leur moteur de rendu 3D !

Android aujourd’hui est disponible chez les principaux opérateurs mondiaux. Android est proposé par tous les constructeurs de matériels (excepté certains grands noms entrant directement en concurrence avec le système d’exploitation Android). Au Mobile World Congress 2010, quelques chose nous avait frappé : tous les prototypes matériels reposaient sur une solution à base d’Android ! Qui aurait pensé cela 2 ans plus tôt ? Je me souviens qu’en 2008, peu d’investeurs auraient parié le moindre sou sur la plate-forme Android … aujourd’hui, certains doivent le regretter amèrement !

Android aujourd’hui dispose de plus de 120 000 applications : il y en a pour tous les goûts et de toutes les qualités (malheureusement, certains pensent que cela jouera des tours à Android).

Android aujourd’hui arrive dans le monde de l’entreprise : banque, industrie, assurance, édition … De vraies solutions de type CRM commencent à émerger mais nous n’en sommes qu’au début !

Et demain ? La grande étape entamée par Google semble être la mise en place d’une interface graphique que les opérateurs et constructeurs n’auraient pas besoin de modifier pour rendre l’expérience utilisateur encore meilleure. Cependant, cela va à l’encontre de la philosophie du produit, tendant à se rapprocher de la solution mobile à la pomme … Et il est peu vraisemblable que les prochaines versions d’Android ne soient ni modifiées par les constructeurs ou les opérateurs … L’une des forces d’Android est également la personnalisation. Chaque constructeur et opérateur désire la personnalisation.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid