Vertical Computer Systems attaque LG et Samsung pour violations de brevets sur leurs téléphones Android.

Vertical Computer Systems est une multinationale spécialisée dans la vente de logiciels administratifs, de technologies de base d’Internet ou encore de logiciel produits grâce à son réseau de distribution. Le principal logiciel de la marque est emPath et ses activités sur Internet incluent SiteFlash, ResponseFlash et le langage Emily XML Scripting Language.

Après de très nombreux procès entre Apple, HTC, Microsoft, Motorola, Oracle, Gemalto… on aurait pu penser que la situation allait se calmer, mais c’est l’inverse qui se produit.

Lundi, Vertical Computer System a intenté des poursuites à l’encontre de LG et Samsung, car des téléphones des deux marques violeraient un brevet qui « génère des sites Web dans un framework objet arbitraire ». Plus précisément Vertical souligne que ce sont les LG Ally, 4 types de Samsung Galaxy S et la Galaxy Tab qui enfreindraient ce brevet. Mais la marque ne précise pas la somme qu’elle souhaiterait obtenir aux titres des dommages-intérêts.

Il est à noter que la poursuite cible également Interwoven, un entreprise de développement de logiciels. Mais cette dernière a à nouveau attaqué Vertical. La boucle (du n’importe quoi) est bouclée !

Samsung est une marque en pleine croissance avec notamment son Galaxy S (et dans un moindre mesure la Galaxy Tab). De même pour LG qui a réussi à battre un record de ventes historique avec l’Optimus One.

Le nouveau défi d’Android ne semble pas être de conquérir des parts de marché, mais plutôt de devoir se défendre contre les multiples procès lancés ici et là par les différents concurrents au système. Mais cela ne concerne pas uniquement les constructeurs, puisque Google est aussi attaqué par Oracle. Pour le moteur de recherche le brevet en question devrait être invalidé. Le problème n’est pas vraiment ici, car ce procès a malheureusement le potentiel (et le but ?) de faire dérailler l’élan de croissance d’Android.

Il est tout à fait probable qu’Android puisse violer des brevets, mais l’acharnement des entreprises montrent une haine qui n’est pas saine. Le seul objectif est de gagner des accords de license. Mais Google ne dispose pas que d’Android et les entreprises pourraient par la suite se retrouver en difficultés suite à ces procès.

Nous espérons que ces événements vont cesser de fleurir les uns après les autres, car au final c’est l’utilisateur qui est perdant, puisque les innovateurs ne peuvent plus autant se focaliser sur leur objectif premier.

Source : Electronista

Ni Samsung, ni LG n’ont souhaité faire de commentaires à la suite de ce dépôt de plaintes.