Las Vegas, située dans le Nevada, fondée par les mormons et exploitée par l’armée américaine pour ses essais nucléaires est la capitale mondiale du divertissement … ou pas.
Depuis 2007 Macao, en Chine, réalise 4 fois le chiffre d’affaire de Las Vegas et ça se voit …

Le CES existe depuis déjà 40 années et a été un élément structurant pour l’industrie mais ce n’est plus le cas. Difficile de s’en rendre compte lorsque l’on est un blog Android car les annonces ne manquent pas : LG, HTC, Motorola, Asus, Acer, …

Android n’est même plus une tendance à ce niveau là mais une norme. Pour autant, lorsqu’on regarde le CES avec un regard général, on n’est obligé de constater que bien des choses ont disparu :

Ma jeunesse a été bercée par les photos des hôtesses de stand du CES mais cette année, rien, ni personne. Même à l’Adult Entertainment Show, les filles se faisaient rares 😉

Exit aussi les stands démesurés sur lesquels les grands noms de l’informatique rivalisaient de génie pour attirer les foules. Cette année, les stands imposants se sont comptés sur les doigts d’une seule main : Microsoft, Intel, Samsung, Panasonic, Sony, LG (mon chat est polydactile, donc j’ai le droit de tricher un peu avec les chiffres).
Certaines entreprises ayant fait d’importantes annonces n’avaient même pas de stand.

Le nombre restreint d’annonces et de prototypes, même si notre monde Android a été gâté, s’explique de différentes façons et résulte d’un contexte complexe dont d’autres salons comme le computex ne souffrent pas (et je ne dis pas ça pour rajouter un mot finissant en ex …).

D’une part, le marché devient de plus en plus stratégique et donc concurrentiel. Comme Ulrich l’a récemment expliqué, les marques sont de moins en moins enclines à communiquer sur des prototypes fonctionnels lorsque certaines entreprises ont de tels moyens qu’elles peuvent sortir le même produit avant que vous ayez finalisé le votre.

D’autre part, pour des raisons économiques, le CES, qui était autrefois un salon d’envergure international est devenu un salon états-unien. On y vient maintenant pour s’implanter et vendre aux USA avant tout. Les annonces plus globales se font ailleurs et dans d’autres contextes.

Savoir si l’armée de stands chinois venue vendre des clônes d’iPad sous Android est une cause ou une conséquence de ceci n’est pas évident mais le constat est difficile à louper.

«What kind of processor it is ?» «Android»

«No, I mean, what processor !» «oh, it’s wifi !». Cette scène banale du CES 2011 résume avec cynisme la gigantesque opération séduction orchestrée par le gouvernement chinois. Des centaines de stands financés par la Chine populaire destinés à faire valoir les connaissances et technologies acquises par les entreprises nationales ont ainsi littéralement vampirisé une partie du CES.

Une sale ambiance de fin de règne.