On ne sait plus trop sur quel pied danser.

Lors du CES de Las Vegas, ASUS a présenté trois terminaux sous Android, trois tablettes se voulant très nomades. Au premier abord, le matériel a l’air de qualité avec une optimisation logicielle convaincante sous Android FroYo (2.2) et l’intégration d’une interface propre à la marque ASUS.

Commençons sur les deux tablettes hybrides de 10.1 pouces. Pourquoi hybrides ? Tout simplement parce qu’elles ont deux utilisations bien distinctes, l’une toute-tactile et l’autre plus professionnelle avec le clavier physique. On peut donc parler de smartbook se métamorphosant en tablette. L’Eee Pad Slider qui s’allonge en mode canapé afin de passer à l’interface tactile, puis l’Eee Pad Transformer, un peu comme un pc portable traditionnel avec une partie détachable pour le transformer aussi en tablette.

asus-eee-pad-slider-tablet-androidDeux monstres de technologies, on a une dalle tactile IPS de 10.1 pouces soutenant une résolution de 1 280 x 800 pixels (WSVGA), une architecture double-coeur nVidia Tegra 2 à 1 GHz soutenue par 512 ou 1 Go de RAM (au choix), une caméra frontale de 1.2 mégapixels, un appareil photo de 5 mégapixels, Wi-Fi, GPS, etc.

asus-eee-pad-transformer-tablet-android

Les deux tablettes sont prévues entre les mois de mars et mai avec une fourchette de prix allant de 400 à 800 euros.

Continuons avec l’ASUS Eee Pad Memo, une tablette de 7.1 pouces aussi sous Android, et sans clavier physique.

L’Eee Pad Maemo est la première tablette Android a soutenir nativement une architecture double-coeur de Qualcomm cadencée à 1.2 GHz, une dalle tactile capacitive de 7.1 pouces avec une résolution de 1 024 x 600 pixels avec un stylet qui peut servir d’instrument d’art pour diverses applications fournies avec la tablette.

asus-eee-pad-maemo-android-tablet

Elle se dote aussi d’une caméra frontale de 1.2 mégapixels, d’un appareil photo de 5 mégapixels… Pour l’instant, nous ne disposons d’aucune autre information, puisque l’entreprise ne confirme pas sa sortie. C’est un prototype, une autre tablette pourrait la remplacer, et on l’a bien compris.

Comme je vous le citais au début de l’article, on ne sait plus réellement sur quel pied danser. Le constructeur est dans la confusion, et dans l’incapacité de confirmer sur quelle version d’Android ses tablettes sortiront. Au début, les employés faisaient allusion à Android Gingerbread (2.3), puis quelques heures plus tard citaient vouloir attendre l’arrivée d’Android Honeycomb (3.0).

On rejoint Pierre de Blogeee, lorsqu’il cite :

A ce jour seule la tablette Xoom de Motorola semble être donc dans la possibilité officielle d’exploiter Android 3.0. Toutes les autres devront se contenter de versions antérieures.

Hélas, c’est la vérité… Motorola a clairement une longueur d’avance avec sa stratégie puisqu’il travaille directement en collaboration avec Google pour le développement d’Android Honeycomb (3.0).

Il serait intéressant de savoir si d’autres constructeurs peuvent aussi s’allier au même moment avec Google, un peu comme dans la communauté indépendante aux constructeurs, nous faisons bien allusion aux concepteurs de système alternatif pour nos terminaux qui s’inspirent entre eux à élaborer un système pour tel ou tel appareil en tirant partie des mêmes sources. Est-ce que cela serait possible officiellement ? Pourquoi pas ? …et puis ça mettrait tout le monde sur un pied d’égalité, non ? Peut-être que dans le futur…

Tout ça laisse une fois de plus le marketing d’ASUS dans l’impossibilité de donner une réponse concise, à savoir : Est-ce la nouvelle gamme de tablettes d’ASUS sortira directement sous Android Honeycomb (3.0) ? ou sur Android Gingebread (2.3) ? avec une possibilité de mise à jour ultérieure.

J’ai l’impression qu’on se répète, mais il serait dommage que le constructeur propose du matériel double-coeur sans en exploiter les totales performances, puisque pour rappel Android Honeycomb (3.0) devrait nativement prendre en compte ce type d’architecture. Ceci est valable pour tous les constructeurs ayant choisi cette nouvelle alternative. C’est d’ailleurs l’un des points forts souligné par Andy Rubin pendant l’une de ses interviews.

Via Blogeee, source CrunchGear.