Les résultats financiers de Sony Ericsson montrent un 4ème trimestre de profits. 9 millions de Xperia ont été vendus depuis leur lancement.

sony-ericsson-logo-image (1).jpg

Sony Ericsson est le fruit de la collaboration entre le japonais Sony Corporation et le suédois Ericsson. La coentreprise est détenue à parts égales depuis sa création en octobre 2001 et son siège social se situe à Londres. Elle a réussi à s’imposer sur le marché, passant de 42 millions d’unités vendues en 2004 à 103,4 en 2007. Mais depuis le constructeur est dans une mauvaise passe. Les ventes sont successivement passées de 96,6 en 2008 à 57,1 en 2009. A cause de cette forte baisse des ventes, l’entreprise est passée dans le rouge dès 2008 avec un bénéfice net de -73 millions d’euros, s’aggravant fortement en 2009 pour atteindre -836 millions d’euros. L’année 2010 marque un nouveau tournant pour Sony Ericsson, mais le chemin reste encore long avant de gommer toutes les dettes du bilan financier.L’année 2010 est marquée par quatre semestres successifs de rentabilité pour atteindre 90 millions d’euros. Ce chiffre est encourageant car les ventes de téléphones ont continué à baisser pour atteindre 43,1 millions d’unités (-58,3% en l’espace de 3 ans). Le bénéfice s’explique par la combinaison entre la hausse du prix moyen des terminaux atteignant 146€, mais aussi les charges de restructuration qui sont trois fois moins élevées qu’un an auparavant. Il en résulte une marge brute de 29% contre 15% l’année précédent.

Ce résultat positif est une avancée significative pour la marque qui met fin à deux années noires. Cependant le bénéfice net n’est pas encore suffisant pour supprimer les dérapages et reste même en dessous de ce qu’attendaient les analystes. Il faudra par conséquent que 2011 soit dans la même lignée, voir même mieux pour stopper l’hémorragie négative. Aucun nouveau téléphone n’a été lancé lors au dernier trimestre 2010 et rien n’est prévu jusqu’au MWC.

La gamme Xperia s’est vendue à 9 millions d’exemplaires depuis son lancement. Attention il ne s’agit pas que de téléphones Android, car les X1 et X2 utilisaient Windows Mobile. De même ces chiffres sont les smartphones envoyés aux revendeurs et non achetés par les consommateurs ! L’année 2011 marquera le dixième anniversaire du fabriquant, qui espère renouveler la performance de 2010 (et même plus) grâce notamment à l’Xperia Arc. La stratégie est quasi-inchangée : peu de téléphones différents, mais le constructeur parie sur une hausse des ventes, avec les ventes de smartphones en pleine expansion.

En 2010, l’entreprise a commis de nombreuses erreurs et la personne dirigeant le pôle Marketing l’avait même reconnu : le manque de mises à jour, l’abandon des téléphones (hors mise à jour pour le multitouch)… Sony Ericsson peut certes se féliciter d’une telle performance, mais ne doit pas oublier les erreurs du passé. En 2011, l’entreprise devra avoir les reins solides, car la concurrence s’intensifie. Par exemple, LG passe du statut quasi-anonyme sur le segment haut de gamme Android, à innovateur en lançant le premier téléphone double-coeur, l’Optimus 2X.