Honeycomb est une version dédiée aux tablettes, mais rien n’empêche de le proposer sur smartphones.

Ce matin, nous nous sommes rendus dans l’espace dédié à Android au MWC. Vous verrez prochainement de nombreuses photos et vidéos. Nous pouvons vous dire que le lieu est génial, car où peut y voir de nombreux téléphones, des bugdroids et bien d’autres surprises ! Dans ce lieu, on retrouve également de nombreux Googlers. Nous avons pu en trouver un qui a éclairci la situation sur Android 3.0 (Honeycomb).

Comme vous le savez certainement, lors de la présentation de cette nouvelle version de l’OS mobile, Google n’avait à aucun moment parlé des smartphones. Quelques semaines avant cette annonce, le géant de Montain View avait pourtant indiqué qu’Honeycomb serait bien compatible. Le Googler que nous avons vu aide les développeurs à créer des applications Android. C’est donc en connaissance de cause qu’il nous a exposé la situation.

Honeycomb a été développé pour mieux s’adapter sur les tablettes. Cela veut dire qu’entre Gingerbread et Honeycomb, on retrouve une refonte de certains éléments. Mais attention, il s’agit principalement de modifications graphiques. En effet, le cœur même du système est inchangé. Selon le développeur, 99% du code est identique.

Pour lui, il n’y a aucun problème pour faire des applications pour smartphones sur cet OS. Il exprime tout de même un doute, en indiquant qu’il faudrait peut-être créer deux applications séparées, car le design de l’interface pourrait mal se faire.

En conclusion, il nous a dit qu’Honeycomb pouvait être porté sur un smartphone. Il a toutefois déconseillé cette démarche, car il vaut mieux selon lui attendre une version du système qui sache mieux gérer les smartphones et tablettes. Pour l’instant, il conseille tout de même de faire des applications tablettes pour Honeycomb et smartphones pour Gingerbread. Android 3.* ? / 4.* ? (Ice Cream ?) pourrait corriger ce problème.