Microsoft a lancé des poursuites à l’encontre du créateur des Nook et Nook Color.

Microsoft vient d’annoncer avoir pris des mesures juridiques à l’encontre de Barnes & Noble et des fabricants Foxconn et Inventec. Selon l’entreprise de Redmond, il y aurait des infractions à des brevets appartenant à la marque, dans les liseuses et tablettes basées sur la Nook. Pour rappel, la Nook est sortie fin 2009 aux Etats-Unis et disposait d’un écran e-ink, particulièrement adapté pour lire du contenu en extérieur. On retrouve également cette technologie dans le Kindle d’Amazon. Une année plus tard, la Nook Color était mise sur le marché, mais cette fois-ci avec un écran couleur. La cible était donc différente.

Horacio Gutierrez, avocat général adjoint chez Microsoft a déclaré avoir essayé de contacter les accusés à maintes reprises, pour qu’un accord de license soit signé. Malheureusement, il n’y a pas eu de réponses, même si cinq brevets étaient en jeu :

– « Récupération à distance et gestion de l’affichage du document avec images incorporées » (5.778.372)
– « Statut du chargement dans un navigateur hypermédia, qui a une zone d’affichage limitée »  (6.339.780)
– « Système fournissant des contrôles pour les fenêtres » (5.889.522)
– « Poignées de sélection dans l’édition de documents électroniques » (6.891.551)
– « Méthode et appareil pour la capture et le rendu d’annotations sur des contenus électroniques non modifiables » (6.957.233)

Ces brevets sont flous et assez généralistes. Pourtant, ils ont été accordés entre 1998 et 2005.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft lance des actions juridiques, sur des terminaux utilisant le système Android. En octobre dernier, Microsoft poursuivait Motorola, pour sa gamme de téléphones. Les attaques portaient sur Motoblur et non sur l’OS en lui même. Pour Barnes & Noble, cela semble être la même chose et explique donc pourquoi Google n’est pas visé directement.

Avec HTC, un accord de license a été mis en place officiellement. Officieusement, HTC propose des téléphones sous WP7, ce qui aurait pu effacer ces problèmes. Mais dans le monde des nouvelles technologies, pratiquement toutes les entreprises sont en procès. Apple, HTC, Amazon… toutes y ont droit. Cela vient principalement du système américain, qui enregistre des brevets logiciels.

Source : H Online