Les téléphones lancés à la fin 2011 de Motorola pourront avoir un bootloader déverrouillé. Cela sera effectué au cas par cas, selon l’opérateur.

Les terminaux avec un bootloader verrouillé sont décriés par beaucoup, car ils limitent fortement les modifications, que l’on peut effectuer sur le téléphone. En 2011, Sony Ericsson a décidé de changer sa politique. Si les opérateurs sont d’accord, les utilisateurs peuvent alors depuis un site internet déverrouiller le bootloader. Mais un acteur toujours réfractaire à cette démarche est Motorola. A l’exception de la Xoom – qui fait un peu office de tablette de développement pour Android 3.0 (Honeycomb) – tous les autres terminaux ont tous un chargeur de démarrage verrouillé.

Une pétition a récemment vu le jour, mais les chances d’un changement de politique était très faible. Un sondage avait été publié sur Facebook pour demander les applications Android que les utilisateurs voulaient voir. La réponse fut massivement des bootloaders déverrouillés !

La personne derrière le sondage (Irwin Proud) a essayé à de nombreuses reprises de contacter Motorola. Il a finalement reçu une très bonne nouvelle :

« Nous comprenons parfaitement l’exigence des opérateurs pour la sécurité des utilisateurs finaux, et aussi, voulons supporter la communauté des développeurs désirant utiliser [nos] produits comme une plateforme de développement. Notre intention est de permettre le déblocage/reblocage des bootloaders que l’on peut retrouver actuellement sur la Xoom, sur l’ensemble de nos terminaux lancés à la fin 2011, si les opérateurs le souhaitent. »

C’est un grand pas en avant de la part de Motorola. Il est difficile de dire si ce sont les pétitions et messages des utilisateurs qui ont fait céder le constructeur américain. C’est peut-être la politique mise en place par Sony Ericsson, qui est à l’origine de ce changement d’état d’esprit. Ce constructeur a démontré qu’il était à la fois possible de répondre aux exigences des opérateurs et des utilisateurs. On n’atteint pas encore le niveau idéal, où tous les terminaux auront un chargeur de démarrage déverrouillable, mais c’est une grande avancée.

La réponse reste tout de même assez vague sur les terminaux actuels. Pourront-ils en bénéficier ou seuls ceux lancés à la « fin 2011 » pourront en profiter ? Dans tous les cas, nous saluons le geste.

Avec cet acteur de poids ayant changé d’avis, il faut espérer que les constructeurs réfractaires comme Samsung (sur certains appareils) et HTC (sur les derniers) u voient un signal fort.

Source : Droid Life