La Samsung Galaxy Tab 7 pouces WiFi possède un processeur et une puce graphique inférieure à la version 3G. Conséquence ? Des ralentissements et lenteurs que ne connait pas sa grande soeur.

La Samsung Galaxy Tab est sortie à la fin Novembre 2010 à un prix exorbitant : 599€. La France bénéficiait tout de même d’une réduction spéctaculaire de 100€ et alors que certains voisins proches européens devaient passer à la caisse (699€ donc). La raison ? Aucune !

Les chiffres des ventes concernant la tablette sont contradictoires, mais statuent généralement vers les 2 millions d’unités. Mais attention, unités vendues diffèrent d’unités envoyées par Samsung. Ce n’est pas parce que la tablette est en stock, qu’elle est forcément vendue. Or la communication du coréen s’est un peu trop vite emballée la dessus. Devant ces incohérences, il est très difficile d’avoir un chiffre exact concernant les ventes.

Pour booster les ventes à Noël, des opérateurs ont subventionnés la tablette, à condition de prendre un forfait relativement élevé. Mais c’est un semi échec, car entre l’Apple iPad et la Galaxy Tab, Orange n’a vendu que 25 000 unités des deux tablettes. La proportion d’ardoises vendues penche en faveur de l’iPad, ce qui laisse à nouveau de la chair fraiche à venir dévorer par les trolleurs.

Afin d’alléger le prix de la tablette – et le temps que les ardoises sous Honeycomb décollent -, Samsung a lancé une version WiFi qui se négocie vers les 399€. Le constructeur a vendu cette version, comme une copie de la version 3G sans cette puce. Une conséquence directe est la chute du prix (même si une puce 3G ne coûte pas 200€…). D’après les constations du site Carrypad, ce serait clairement une version au rabais qui aurait été vendue.

Sur la page officiel de Samsung, on peut lire que la version WiFi a un processeur ARM Cortex A8 cadencé à 1 GHz. La version 3G utilise un processeur du constructeur Hummingbird. Il est étonnant de voir que le coréen ne promeuve pas sa propre technologie. D’après les constations de membres de chez xda-developpers, la puce graphique est différente. Alors qu’elle est une PowerVR SGX 540 sur la version 3G, il s’agit d’un SGX 530 en WiFi. Or cette puce graphique correspond à un processeur OMAP 3630, que l’on retrouve notamment dans l’Archos 70. Le processeur et la puce graphique sont donc moins performants.

Mais ce n’est pas tout ! La version 3G propose du Bluetooth 3.0, comme le Galaxy S, alors que la version WiFi inclut du Bluetooth 2.1. Nous ne savons pas si la puce n’est pas compatible, ou bien si c’est une limitation logicielle. Dans tous les cas, la baisse de prix de 200€ s’explique par autre chose que la suppression de la puce 3G.

En conclusion, une petite réflexion personnelle. Merci Samsung de profiter de la position de monopole (temporaire) sur le marché, pour proposer des produits au rabais, sans en prévenir les clients. Cette attitude devrait passer inaperçue auprès du grand public, mais les fameux geeks n’oublieront pas ces manipulations.

Source : Carrypad via Blogeee