Avec 13,2 millions de téléphones vendus, Samsung est désormais le plus gros vendeur en volume, en Europe occidentale, au premier trimestre 2011.

C’est un cap historique que vient de franchir Samsung en Europe de l’Ouest. Après la domination incontestée de Nokia pendant de nombreux trimestres sur le marché des téléphones mobiles, le coréen vient de lui prendre sa place de leader. Ces chiffres ne correspondent qu’aux ventes en volume et non en valeur. Sur ce point, c’est Apple qui dépasse Nokia. Mais cela s’explique assez facilement puisque les produits de la firme à la pomme ont un prix de vente unitaire très élevé (des smartphones). Or le finlandais propose de l’entrée de gamme et des téléphones classiques, ce qui réduit nécessairement son chiffre d’affaires.

Le marché augmente de 5% sur un an, pour atteindre 45 millions d’unités vendues en Europe occidentale. Au premier trimestre, Samsung a vu ses ventes de téléphones mobiles augmenter de 5% pour atteindre 13,2 millions d’unités. Cela lui procure presque 30% du marche (29,3% pour être précis). Nokia est sur la deuxième marche, en perte de 10% avec 27,9% du marché. Tous les autres continuent leur ascension : Apple, RIM et surtout HTC. Le taïwanais réussi à augmenter ses ventes de 271%, et voit sa part de marché augmenter de 5 points : de 2,2% au Q1 2010 à 7,8% au Q1 2011.

Passons maintenant aux smartphones :

La chute de Nokia est plus prononcée sur ce marché : -15%. Les téléphones classiques lui permettent donc de respirer un tout petit peu. Apple reste à la première place, mais progresse moins vite que le marché (49% contre 76%). Sa part passe donc de 24,6% à 20,8%. Ce n’est pas parce qu’une entreprise vend plus de produits qu’elle gagne forcément du terrain sur ses concurrentes. On peut souligner la progression de HTC de 271% à la quatrième place, mais surtout de Samsung avec +744%, qui reste tout de même à la cinquième position. Le coréen peut remercier tout particulièrement son Galaxy S, qui va être remplacé en fin de mois.

Le partenariat Microsoft – Nokia ne prendra réellement effet que lorsque les premiers téléphones seront disponibles sur le marché. Par conséquent l’année 2011 risque d’être difficile pour le finlandais.

Source : Le Monde