Il y a beaucoup de raisons de suivre ce blog. Parmi ces raisons, il y a l’intérêt que l’on peut porter pour les plateformes Linux dans le domaine de la téléphonie mobile.

En effet, on ne cesse de montrer, de démontrer, d’alimenter et d’argumenter le vieil adage populaire des informaticiens : Linux sied pour tout les usages.

Il serait intéressant de se demander si cela comprenait l’usage en mobilité mais il est trop tard pour se le demander puisque nous savons aujourd’hui que c’est le cas, non ?

En tout cas, c’est le postulat de Google qui préfère la philosophie de la libération par l’action et qui a décidé de lancer Android en rassemblant autour de lui.

L’autre postulat possible, c’est celui de LiPS qui essaye de standardiser l’univers Linux pour le mobile. Cela signifie donc que LiPS veut rassembler pour lancer sinon un OS, au moins un ensemble de normes et standards qu’il conviendrait de respecter afin de préserver la compatibilité entre les plateformes Linux. C’est donc la philosophie de la libération par la réflexion qui prime pour LiPS.

Ce travail de standardisation est extrémement chronophage et le forum LiPS vient seulement de publier les spécifications d’un modèle de référence, des services de communications (GSM, courriel, SMS, MMS, IM), du carnet d’adresses, du gestionnaire de boîte vocale, de l’interface utilisateur et des services associés (widgets, saisie au clavier ou tactile basés sur GTK). Les bases sont posées, reste à discuter autour d’un framework applicatif, des API, etc. ce qui ne représente pas la plus petite partie du travail.

On peut se demander quelles sont les différences de tels choix dans la pratique, mais je crains qu’hélas la réponse ne se fasse jamais entendre car Google possède une sacrée longueur d’avance qui se chiffre en devises, en hommes, et en communication.