Edit : Attention, la source de Clubic est à prendre avec des pincettes, Fosspatent est un site très alarmiste qui n’a pas toujours les idées claires. Ce fameux Florian Mueller est un lobbyist très connu et critiqué pour ses positions sur de nombreux sujets : Munich et GNU Linux, IBM…

Le procès d’Oracle contre Google (sur la question de Java) vient de faire éclater au jour un document confidentiel sur un accord entre Google, Motorola et Verizon.

Ce document comporte des directives très intéressante : « Ne développez pas ouvertement. Au contraire, ne diffusez le code source qu’une fois l’innovation achevée » et « Le concept des appareils en tête : garantissez un accès au code en avant-première aux partenaires qui construisent et distribuent des appareils fabriqués selon nos spécifications (c’est-à-dire Motorola et Verizon). Ils obtiennent un avantage non-contractuel en matière de délai de mise sur le marché et, en échange, s’alignent sur nos normes/critères ».

Les révélations n’en sont pas vraiment : Nous savons que Google n’a pas l’intention de dévoiler directement le code source d’Android, le code de Honeycomb n’a toujours pas été dévoilé. Enfin, nous savons également que Google a déjà mis en place des partenariats d’exclusivité temporaire : c’était le cas avec HTC qui a développé le HTC Dream et le HTC Magic, les deux premiers smartphones sous Android.

Néanmoins, depuis le rachat de Motorola Mobility par Google : la donne a changé. Google pourrait être embarrassé et devra sûrement être bien plus transparent à présent, autrement les agences de régulations seront amenées à s’intéresser de plus près à la position dominante de Google.

Le co-fondateur d’Android Richard Miner, vient déclarer que Google cherchait à « accélérer le concept de place de marché pour la publicité en concluant des partenariats avec les opérateurs basés sur le partage de revenus », ce qui, selon lui, signifie « placer le moteur de recherche de Google dans les téléphones et s’arranger pour travailler avec les opérateurs afin qu’ils (les) y aident ».

Pas vraiment de révélations, néanmoins la défense de Google qui déclare que cela s’inscrit dans la stratégie de développement d’un téléphone emblématique ne suffira désormais plus. Les questions « commerciale, stratégique et du droit de la concurrence » sont sensibles.

Source : Clubic