Sony Ericsson vient de confirmer sa volonté de respecter la communauté. Après avoir permis le déblocage des bootloaders, des employés du constructeur se sont chargés d’aider l’équipe de FreeXperia. Celle-ci est notamment connue pour ses ROMs pour le Xperia X10 et pour l’aide au portage de CyanogenMod.

Le « Sony Ericsson 2011 » semble avoir compris ses erreurs nombreuses et répétées commises en 2010. La communication est beaucoup moins hasardeuse, les terminaux sont parmi les premiers à recevoir les mises à jour…

Android est un système d’exploitation opensource, ce qui engendre une communauté qui peut développer des outils alternatifs. Dans un premier temps, la co-entreprise a permis à l’ensemble de ses modèles sortis en 2011 d’avoir leur bootloader déverrouillé (si aucune contrainte du vendeur – l’opérateur – n’est demandée). Concrètement cela permet d’avoir des ROMs qui modifient des éléments jusqu’alors inaccessibles, grâce à la possibilité de modifier le noyau (kernel) utilisé. Bien que cette démarche soit officielle, elle peut annuler la garantie. Par ailleurs, ce processus engendre une suppression des DRM) et par conséquent l’impossibilité d’utiliser à nouveau (même avec un retour en ROM stock) certains éléments, comme TrackId par exemple.

Mais le constructeur ne s’est pas arrêté là. Ses relations avec la communauté des développeurs s’effectue depuis le Developer World. On y retrouve de très bons conseils, ainsi que des forums assez riches en informations. Sachant que plusieurs SDK sont proposés (TimeScape, LiveView…), les informations prodiguées sont toujours pertinentes. D’autres constructeurs font également cette démarche, mais peu souvent au point d’aider officiellement et directement des développeurs tiers (Samsung l’a déjà fait).

C’est ainsi que des employés de la firme ont aidé le groupe de développeurs « FreeXperia ». Ils proposent de nombreuses ROMs depuis que le Xperia X10 est arrivé sur le marché et étendent maintenant leur emprise à la totalité des modèles de la marque. Cette équipe s’est aussi démarquée récemment par l’aide accordée à CyanogenMod, afin que cette ROM puisse être portée. Les premières nighlty builds n’arriveront que dans les prochains jours, mais Steve Kondik, développeur en chef, a annoncé une disponibilité pour les :

– Xperia Arc
– Xperia Neo
– Xperia Mini
– Xperia Mini Pro
– Xperia Play
– Xperia Ray
– Xperia X10
– Xperia X8
– Xperia X10 Mini
– Xperia X10 Mini Pro

Il arrive que les constructeurs fassent des modifications et que les développeurs tiers ne comprennent pas toujours les solutions propriétaires utilisées (vu que le code n’est pas disponible). Sony Ericsson a donc donné des binaires pour les caméras déboguées. Ces bibliothèques compilées seront prochainement distribuées par le Developer World sous une license spéciale. Dans le même temps, les 20 téléphones de la gamme ont été donnés à cette équipe.

Cette initiative ne peut être que saluée et démontre que cette entreprise sait apprendre de ses erreurs.

Source : Sony Ericsson Developer World