NVIDIA nous faisait baver (littéralement) devant les performances du potentiel Tegra 3 depuis le Mobile World Congress de février dernier. Tegra 3, c’est l’architecture (SoC) mobile de NVIDIA qui comprend un ou des CPU, GPU et d’autres composants dont de la mémoire par exemple. Son nom de code est Kal’el…

Le NVIDIA Tegra 3, c’est le premier  ARM Cortex A9 à quatre cœurs, il équipera l’Asus EeePad Transformer Prime que nous venons de présenter. 

Quatre coeurs et un « Companion », un cinquième cœur à une fréquence d’horloge différente (seulement 500 Mhz) conçu pour fonctionner lorsque les autres coeurs sont au repos. L’objectif, vous l’aurez compris, est de baisser la consommation énergétique et donc gagner en autonomie. Le passage de 4 coeurs à 1 coeur serait invisible pour un mortel comme nous, et sera suffisant pour faire tourner les applications en multitâche et des tâches multimédias par exemple, on demande à voir ça en vrai !

La fréquence d’horloge des quatre coeurs peut aller juqu’à 1,3 Ghz, Kal’El est donc logiquement au dessus de toutes les architectures actuelles dans les benchmarks les plus classiques.

La grande force de NVIDIA est également ses 12 cœurs GeForce, qui lui permet de faire tourner de la 3D stéréoscopique mais également d’encoder et décoder du flux vidéos 1080p, en High Profile avec un débit de 40 Mbps. Des performants triplées par rapport au Nvidia Tegra 2.

Vous pourrez donc utiliser vos tablettes et smartphones en media center sur votre TV sans soucis, et profiter des jeux exploitant le moteur Unreal Engine 3.

Kal’El est également le nom de Superman au passage…

Néanmoins, notons que la gravure est en 40nm, loin des 28nm des prochains processeurs Snapdragon de Qualcomm. Et c’est simple : plus c’est petit, moins il y a de dissipation thermique, plus on peut monter en puissance sans baisser l’autonomie.

Je vous encourage donc à lire l’article où l’on parle de Qualcomm, Intel, Mips…