Lorsque la compagnie Oracle, l’un des leaders mondiaux de la base de données, a racheté Sun Microsystem et donc Java, nombreuses sont les personnes qui ont eu peur de l’avenir de la technologie Java, maintenant dans les griffes d’une société pas très philanthrope.

Quelques mois après le rachat, Google a été attaqué par la société Oracle pour violation de brevets utilisés par la plateforme Android notamment sur l’utilisation de Java comme socle d’exécution de l’environnement des applications.

 

L’USPTO (United States Patent and Trademark Office) vient d’annoncer 

le rejet de 17 chefs d’accusation sur les 21 demandes faites par Oracle. Autant dire que cela est une très bonne chose, reste toujours les 4 brevets toujours concernés et qu’Oracle pourra faire appel jusqu’au 20 février 2012.

Avec ces 3,7 millions d’activations lors du week-end de Noël, Android est une manne financière possible pour Oracle si certaines violations de brevets venaient à être validées par la cours américaine. Oracle ne pourra pas tuer Android (et encore moins Google) mais pourrait se faire rémunérer gracieusement sur la vente de matériels Android.

Cette affaire, comme toutes les affaires de violation de brevet, et on sait qu’il y en a déjà eu de nombreuses liant Android ou ses différents distributeurs (lire constructeurs), se réglera certainement à grand coups de billets verts.

Source : 9to5google.com